• Saisies de 31 reçus de course de la 17e journée, de Rs 1 M et d’actes de ventes d’un hors-bord et d’une voiture
  • Le suspect, également entraîneur de volley-ball, fait souvent le va-et-vient entre Maurice et Madagascar

L’ADSU soupçonne une connivence entre une famille résidant Petit-Bois, Bel-Air, et un réseau de drogue dont la base d’opération se situe à Grand-Gaube. La police est en possession d’une série de documents faisant état de grosses sommes d’argent utilisées dans l’achat de voitures, mais dont la provenance est suspecte.

Les enquêteurs estiment que les suspects ont blanchi l’argent à travers les courses hippiques en faisant croire qu’ils ont remporté d’importants gains en misant sur des chevaux gagnants. De plus, ils conservaient une copie de ces reçus de course, au cas où les autorités solliciteraient des explications.

L’ADSU soupçonne cependant qu’un réseau de trafiquant de drogue blanchirait son argent à travers les activités financières de cette famille. À ce stade, l’équipe du DCP Bhojoo n’a pas encore décidé si l’affaire sera référée à l’ICAC, qui dispose d’une marche de manœuvre plus conséquente pour enquêter. Cependant, des instructions ont été données à une équipe au quartier général de l’ADSU afin que ces derniers travaillent de concert avec leurs collègues de l’Eastern Division, qui est à l’origine de la perquisition chez cet entrepreneur spécialisé dans la vente de produits artisanaux.

Les dernières informations recueillies par les enquêteurs laissent comprendre que le patriarche fait souvent le va-et-vient entre Maurice et Madagascar. Celui-ci se trouve d’ailleurs actuellement dans la Grande île, et la police attend son retour pour l’interroger. D’emblée, les enquêteurs ont des doutes sur la provenance de ses sources de revenus, car l’homme en question possède l’une des plus belles demeures de Bel-Air, avec piscine. Le suspect est également entraîneur/président d’une équipe de volley-ball évoluant dans la ligue nationale.

Mercredi, l’ADSU a obtenu un renseignement à l’effet que l’entrepreneur aurait dissimulé une substance suspecte à son domicile après un déplacement à Madagascar. Mais une fois à Petit-Bois, la police a appris que le suspect se trouvait toujours dans la Grande île. Elle a quand même perquisitionné sa maison, mais n’y a rien retrouvé, à l’exception d’un coffre-fort de marque Honeywell dissimulé dans une armoire de sa chambre, fixé au mur. La fille de l’entrepreneur a alors dit qu’elle ignorait le code et qu’elle ne pouvait l’ouvrir. Une sentinelle a ainsi été placée dans la maison pendant la nuit.

Le lendemain, des éléments de la SMF ont débarqué pour ouvrir le coffre avec les outils nécessaires. À l’intérieur, les policiers ont découvert Rs 815 000 reparties dans trois rouleaux, ainsi que 1 005 euros (environ Rs 40 000), des montres, des chaînes métalliques et des clés. Ce qui a surpris l’ADSU, ce sont les 31 reçus de courses hippiques de la 17e journée pour des mises totalisant Rs 205 000. Tandis que dans un papier, la police a noté des brouillons de chiffres en euros et en dollars.

Dans l’armoire, la police est également tombée sur un relevé bancaire de l’entrepreneur avec une “closing balance” de Rs 1 392 145 datant du 31 mars dernier. Un “cash deposit” de Rs 350 000, effectué le 5 juillet dans une autre banque, a également été retrouvé. Par ailleurs, la police est intriguée par la présence d’un reçu tiré au nom de l’entrepreneur. Ce dernier a acquis deux moteurs de bateau de marque Suzuki pour Rs 557 750. Sans compter l’achat d’un hors-bord, au coût de Rs 700 000, auprès d’un habitant de Grand-Baie en mai 2016. Sauf que le suspect a revendu l’embarcation et les deux moteurs pour Rs 850 000 peu après à une habitante de Pointe-aux-Canonniers, acceptant du même coup de perdre plus de Rs 400 000 dans cette transaction.

Finalement, le suspect a fait l’acquisition d’une Toyota CHR hybride année 2019 pour Rs 1 250 000. La fille du suspect a été longuement interrogée par la police, mais elle dit tout ignorer des activités de son père. Elle a été relâchée sur parole tandis que l’ADSU attend impatiemment l’arrivée du principal concerné pour entendre ses explications sur la découverte de l’argent et des documents saisis. Les enquêteurs ont demandé au Passport and Immigration Office de signaler sont retour une fois le businessman revenu à Maurice.