Lucknarain Dookhit, plus connu comme Dinesh et comme lieutenant du caïd Peroumal Veeren, est interrogé depuis ce matin par l’ICAC par rapport à l’acquisition d’engins de chantier en provenance d’Afrique du Sud. Ce voisin de l’ex-garde chiourme Oumeshlall Ramsurrun, actuellement en détention policière, est soupçonné d’être à la tête d’une cellule qu’il dirigeait d’une main de maître sous les instructions du trafiquant de drogue Veeren.
Lucknarain Dookhit aurait fait la connaissance de Peroumal Veeren grâce à son voisin. Les enquêteurs le soupçonnent d’avoir effectué plusieurs voyages en Afrique du Sud pour régler des dettes suite à l’acquisition d’engins de construction. C’est dans ces engins que l’héroïne débarquait dans l’île. Mais les hommes de Navin Beekarry s’intéressent particulièrement à la provenance de l’argent utilisé pour ces transactions. D’où la présence de Lucknarain Dookhit au QG de l’ICAC aujourd’hui. Âgé de 32 ans, cet ancien universitaire s’est associé avec Oumeshlall Ramsurrun dans une compagnie de laverie automobile à La Rosa. Or, la commission anti-corruption dispose de renseignements selon lesquels ce commerce a été mis sur pied avec de l’argent provenant du trafic de drogue. C’est le train de vie des deux voisins, avant leur arrestation, qui a fini par attirer l’attention des autorités.     
Le nom de Dinesh Dookhit avait également été évoqué par Navind Kistnah lors d’un de ses interrogatoires à l’ADSU par rapport à la saisie de 157 kg d’héroïne dans le port en mars. Le directeur de KUN Management International Ltd a confirmé l’implication de ce suspect dans le réseau de drogue, tout en affirmant que c’est sa société qui importait des équipements de construction pour le trentenaire. Au cours d’une perquisition chez Navind Kistnah en mai, les hommes du DCP Choolun Bhojoo avaient saisi, dans sa cour, deux bétonneuses provenant d’Afrique du Sud. La police soupçonne que ces équipements auraient pu dissimuler de la drogue.
Lucknarain Dookhit avait fait l’objet d’une accusation provisoire de blanchiment d’argent après son arrestation par la police. Entre-temps, l’ICAC a monté un dossier contre lui après que les enquêteurs aient retrouvé certains documents compromettants sur des transactions financières douteuses. Oumeshlall Ramsurrun n’a, lui, rien voulu dévoiler sur son patrimoine financier au cours de son interrogatoire à l’ICAC dans le courant de l’année. Sa compagne, Maitab Phutally, avait allégué avoir amassé une grosse somme d’argent quand elle était en Europe, où elle travaillait comme escort girl.