• Parmi les objets saisis figurent une voiture, des bijoux, des passeports, des “registration books” des véhicules, des cellulaires et de l’argent

Le Comorien Moindze Abdoul Hakim, âgé de 33 ans, a été interpellé par la police, qui le soupçonnait d’être impliqué dans un cas de blanchiment d’argent. Pas moins de 53 pièces à conviction ont été saisies dans l’appartement où il réside, à Baie-du-Tombeau. Vendredi, cet officier d’une société étrangère d’import/export n’avait pas encore donné d’explications sur la provenance des biens retrouvés, et dont le montant avoisinerait les Rs 2 M.

Sur la base de renseignements reçus, l’équipe de l’ASP Dussoye de la CID de Port-Louis Sud, assistée du sergent Rattinapoulle et d’éléments de l’Anti Robbery Squad, a débarqué au Docker’s Village munie d’un mandat de perquisition. Moindze Abdoul Hakim ne s’est pas opposé à cet exercice mais devait toutefois faire prévaloir son droit au silence. Dans sa chambre, située au premier étage de l’appartement, les policiers ont mis la main sur plusieurs objets, soit : une somme de Rs 22 050, 170 euros, des pièces de monnaie valant Rs 208, trois anneaux en or sertis de pierres précieuses, deux chaînes, deux montres, une tablette de marque Samsung, une batterie de secours, quatre cellulaires de marques Logicom et Samsung, quatre microsim, dont deux d’une compagnie de communication internationale, trois passeports comoriens aux noms de deux femmes, une carte d’identité d’une Mauricienne, trois copies de permis de conduire, 11 actes de vente de plusieurs véhicules portant les numéros des plaques d’immatriculation, un chèque en blanc, un passeport mauricien au nom de Moindze Abdoul Hakim, un reçu d’un concessionnaire de voitures, un ordinateur portable de la marque Dell, neuf “Registration Book” pour des voitures de marques Nissan, Toyota, Renault, Peugeot et Proton, ainsi que des certificats d’assurance et de fitness de véhicules. La police a également fouillé une autre pièce de l’appartement, où elle a saisi 20 euros et 10 000 francs comoriens dans un sachet en plastique. Avant de partir, la CID a pris la Peugeot 3008 du Comorien, qui était garée à côté de son domicile.

Tous les objets saisis ont été mis sous scellé et emmenés aux Casernes centrales, de même que la voiture. Moindze Abdoul Hakim n’a rien voulu dire sur la provenance de tous ces biens. Vu qu’il est en possession des “Registration Books”, la CID compte retracer les voitures pour connaître les propriétaires et savoir de quelle façon ces derniers ont acquis leur argent.

Les enquêteurs ont également sollicité le Passport and Immigration Office (PIO) pour savoir si les passeports saisis sont authentiques et pour quelle raison le Comorien a reçu un passeport mauricien. Selon nos renseignements, il serait parenté à un habitant de Baie-du-Tombeau soupçonné d’être impliqué dans des activités illicites. D’ailleurs, l’ADSU avait déjà perquisitionné la maison de cet individu cette année, mais les policiers n’avaient rien alors trouvé de suspect.

Moindze Abdoul Hakim a déclaré qu’il donnera sa version des faits en présence d’un avocat. Finalement, les enquêteurs l’ont autorisé à partir en attendant un autre rendez-vous pour enregistrer sa version des faits. Ils soupçonnent le Comorien d’être impliqué dans un délit de blanchiment d’argent. Des développements sont attendus bientôt.