L'ICAC a été informé des mauvaises pratiques des pharmaciens

L’Independent Commission Against Corruption (ICAC) a arrêté le couple Surengon, Jacquelin, âgé de 52 ans, et son épouse Bibi Nooreza Edoo (48 ans), pour blanchiment d’argent à la suite de l’acquisition d’une voiture et d’un bateau, et la vente d’une embarcation. Les suspects, vivant à bord du yacht Ty Armor, avaient déjà été interrogés l’année dernière, mais la commission avait sollicité le bureau du Directeur des poursuites publiques sur la marche à suivre.

Suivant les recommandations de cette institution, la commission anti-corruption les a traduits devant le tribunal de Rose-Hill et Rivière-du-Rempart où une charge provisoire de blanchiment d’argent sous la Financial Intelligence Anti Money Laundering Act (FIAMLA) a été retenue contre eux. Ils ont tous deux été libérés contre une caution de Rs 15 000 et signé une reconnaissance de dettes de Rs 100 000.

L’ICAC soupçonne Jacquelin Surengon d’avoir acquis une voiture pour Rs 150 000 dont la source de financement est d’origine douteuse. Son épouse est, elle, accusée d’avoir acheté le yacht Ty Amor pour Rs 400 000 et un moteur Yamaha pour la somme de Rs 74 000.

Selon les enquêteurs, elle n’a pu donner une explication satisfaisante sur la provenance de tout cet argent. En plus, elle est soupçonnée d’avoir fait transférer le hors-bord Maggie May, valant Rs 500 000, au nom d’un proche. Les deux avaient nié les accusations portées contre eux lors de leur interrogatoire an avril 2018.

Déjà en 2016, l’ICAC les soupçonnait d’être proches du clan du trafiquant de drogue Curly Chowrimootoo alors que l’Anti Drug and Smuggling Unit (ADSU) enquêtait sur un réseau opérant sur l’axe Maurice-Réunion-Madagascar. Le couple était soupçonné d’avoir enregistré le bateau Maggie May au nom de Nazleen Mathurah, soeur de Nooreza Edoo et Ziyaad Mathurah. Le couple Mathurah avait expliqué à l’équipe de Navin Beekarry qu’il n’était « que des prête-noms », ignorant tout des transactions liées à cette embarcation. Or, le Maggie May a ensuite changé de main, vendu pour Rs 100 000, à un certain Jean Marianne. L’ICAC soupçonne que le Maggy May a été utilisé pour transporter de l’héroïne entre Madagascar et Maurice.

Le nom de l’embarcation Ty Amor a été dévoilé après l’arrestation du skipper Mike Brasse et consorts à l’île de La Réunion suivant la saisie de Rs 600 M d’héroïne en 2016. L’ICAC avait saisi le bateau qui mouillait au Caudan et un Attachment Order émis dessus. Bien que le couple Surengon puisse vivre sur ce yacht, il n’a pas le droit de le vendre sans une autorisation de la cour.