L’Attorney General, Ravi Yerrigadoo, qui avait échappé à des problèmes au début de 2015 au vu d’un premier affidavit portant sur la séquestration des représentants étrangers de Dufry, est rattrapé ces jours-ci par un autre affidavit encore plus accablant.  L’affaire a éclaté durant le week-end, le principal dénonciateur, Mohamad Hussein Abdool Rahim, venant de l’avant pour dénoncer, Exhibits à l’appui, un réseau de blanchiment de fonds avec le système international de paris en ligne, BET365 dont au moins un montant d’un million d’euros (Rs 40 millions) en jeu. Le nom de l’Attorney General, Ravi Yerrigadoo, est cité au premier plan de ce scandale politico-financier, avec des manuscrits de la main de ce membre du gouvernement annexés à un affidavit, qui est actuellement en voie d’élaboration par les soins de conseils légaux, dont Mes Roshi Bhadain et Ashley Hurhanghee. Le nom d’un partenaire de l’Attorney General, un homme d’affaires, engagé dans des opérations de blanchisserie au sens propre du terme, se trouve aussi dans de beaux draps car des opérations de transferts de fonds et d’ouverture de comptes à l’étranger, notamment à Genève et à Dubaï, pour un montant initial de 5 000 euros (Rs 200 000) ont déjà été réalisées. Avec l’étape de l’affidavit franchie probablement cet après-midi, le dénommé Mohamad Hussein Abdool Rahim devrait se rendre au siège de l’Independent Commission Against Corruption pour une déposition en bonne et due forme au plus tard dans la journée de demain.
La principale Contention dans cette affaire, qui risque de porter de graves préjudices à la carrière politique de l’Attorney General et également au gouvernement de Pravind Jugnauth, porte sur le recours de la formule d’Online Betting BET 365 pour blanchir d’importantes sommes d’argent en provenance des deux partenaires présumés. Aux dires du dénonciateur, qui est connu comme un spécialiste de paris Online à l’étranger, que ce soit les championnats de foot à l’étranger, notamment en Europe ou encore les courses hippiques sur le plan international, il avait été approché pour des mises conséquentes, le principal protagoniste faisant état d’un montant global de l’ordre d’un million d’euros.  De ce fait, avec la confirmation des instructions venant de l’Attorney General pour des mises online, un premier délit aux termes du Gambling Act aurait été commis.
La tactique adoptée serait de monter en gamme de manière régulière en vue de ne pas éveiller les soupçons des autorités, que ce soit à Maurice ou à l’étranger. Subséquemment, avec les présumés gains, des comptes bancaires devaient être opérés au nom des concernés, que ce soit à Genève ou encore à Dubaï. Un premier compte bancaire aurait déjà été ouvert à Dubaï au nom du blanchisseur professionnel avec un versement de 5 000 euros complété, indiquent des sources bien informées en attendant que les documents officiels ne soient versés dans le dossier à charge et l’enquête de l’ICAC.
Mohamad Hussein Abdool Rahim affirme avoir effectué des déplacements à l’étranger pour les besoins de ces missions de blanchiment de fonds. C’est à ce chapitre que la responsabilité de Ravi Yerrigadoo en tant qu’Attorney General est engagée à fond. Mohamad Hussein Abdool Rahim est sous le coup d’une accusation de Swindling, le procès ayant déjà été entamé devant les instances judiciaires compétentes. De ce fait, il est interdit de quitter le pays avec son passeport sous le contrôle du Passport and Immigration Office. L’intervention de l’Attorney General à ce titre est des plus compromettantes.
Déjà parmi les premiers Exhibits accablants, qui ont pris le chemin des salles de rédaction ces derniers jours, se trouvent un document sur du papier à en-tête et avec estampille de l’Attorney General’s Office et signé Ravi Yerrigadoo (voir fac-similé plus loin). Même s’il est au courant que Mohamad Hussein Abdool Rahim est poursuivi au pénal pour le grave délit de Swindling, le Legal Adviser du gouvernement écrit en date du 10 mars dernier que « there is no legal impediment to Mr Mohamad Hussein Abdool Rahim lawfully receiving any stakes due to him from BET365. I am providing this letter as a formal clearance in respect of Mr Mohamad Hussein Abdool Rahim. I may be personally contacted should any clarification be required ».
En cas d’enquête de l’ICAC sous les dispositions du Financial Intelligence and Anti-Money Laundering Act, l’Attorney General devra fournir des explications claires et nettes au sujet de cet engagement personnel dans une affaire, qui frise l’illégalité avec des paris online et ce, sans compter le montant engagé. Dans un autre document écrit de sa main et en possession de Mohamad Hussein Abdool Rahim, Ravi Yerrigadoo souligne que « the money has to be cashed in person ».
Mais avant d’effectuer des déplacements à Dubaï et en Europe, Mohamad Hussein Abdool Rahim avait besoin de récupérer son passeport des Casernes centrales. Le rôle de Ravi Yerrigadoo a été déterminant à plus d’un titre et les instructions exécutées par les soins d’un homme de loi, proche de l’Attorney General, et un de ses Advisers. En moins d’un jour et avec une présence aux Casernes centrales, le passeport était récupéré sans nul autre procès. Néanmoins, Mohamad Hussein Abdool Rahim fut appelé à verser une somme de Rs 2 000 sous forme de « dite ».
Un problème devait surgir quant aux conditions de cette Variation Order. Mohamad Hussein Abdool Rahim avait à visiter plusieurs pays dont la Suisse, en particulier le canton de Genève pour ouvrir des comptes. Une fois en Europe, il fut conseillé de traverser la frontière franco-suisse par le train à partir de Lyon. Il avait rendez-vous avec le Head of Banking de la société Compagnie Privée de Conseil et d’Investissements SACPGI à Genève. Mais les procédures en vue d’ouvrir le compte indiqué dans cette institution à Genève ne purent être complétées  vu que l’émissaire de Ravi Yerrigadoo était en situation irrégulière en Suisse, ne détenant aucun titre de séjour dans ce pays même si les instructions étaient: « Go to Geneva and open account »
À ce stade, la BET365 Saga ne fait que commencer car l’affidavit en préparation contient des détails les uns plus accablants que les autres, et la position de l’Attorney General devenant intenable à leur divulgation…