La Fédération des Travailleurs unis (FTU) et son affilié l’Organisation of Hotels Private Clubs and Catering Workers Unity ont tenu une manifestation syndicale hier à la mi-journée devant le bureau du ministre du Travail Shakeel Mohamed. Cette revendication de rue fait suite aux licenciements jugés « injustifiés » de cinq employés du Blue Lagoon Beach Hotel.
Les manifestants ont réclamé avec force la réintégration sans condition des cinq ex-employés. Selon les informations de sources syndicales, depuis la nomination de l’ancien Marketing Manager au poste de General Manager, la situation ne serait pas au beau fixe au Blue Lagoon Beach Hotel. Le président de la FTU Atma Shanto allègue à cet effet que le nouveau General Manager fait preuves d’attitudes antisyndicales. Parmi les allégations figurent les non-autorisations à plusieurs reprises de tenir des réunions syndicales. Mais la goutte d’eau qui a fait déborder le vase est intervenue il y a deux semaines environ, quand le secrétaire général du syndicat Deepak Dassoo et quatre autres membres sont passés devant un comité disciplinaire. Selon les informations disponibles, il leur est reproché d’avoir fourni certains produits aux agents de sécurité de l’hôtel. D’ailleurs, les syndicalistes avancent qu’une déposition à cet effet aurait été consignée par le General Manager à la police. Mais toutefois, Atma Shanto s’indignait dans nos colonnes récemment du fait qu’à aucun moment avant la comparution des cinq employés devant le comité disciplinaire, la direction n’ait fait savoir ce qu’on leur reprochait. Durant la journée d’hier, à l’issue de la manifestation, Le Mauricien a multiplié en vain les tentatives en vue d’obtenir une version des faits des responsables de cet établissement hôtelier.