Le chanteur de séga Claudio Veeraragoo a invité le public mauricien hier à visiter une exposition retraçant ses 50 ans de carrière au Blue Penny Museum à Port-Louis. La manifestation intitulée « Bhai Aboo » ouvre ses portes au public aujourd’hui jusqu’au 30 avril.
Après 50 ans dans le monde musical, Claudio Veeraragoo a marqué le temps et la musique locale à travers notamment son titre Ambalaba qui, encore à ce jour, reste un succès. Aujourd’hui, c’est toute une exposition qui lui est dédiée retraçant ainsi l’histoire de la culture du séga et des nombreux pays où il a oeuvré à faire connaître la musique de chez nous. Dans l’exposition gratuite, il sera permis de voir l’impressionnante collection de récompenses de Claudio Veeraragoo. Parmi celles-ci, sa médaille de Member of the Order of Star and Key of the Indian Ocean reçue en 2002. Les distinctions pour le titre Ambalaba, repris par Maxime Le Forestier en 1989, le prix de l’Union of Radio Television Networks of Africa en 1993, où il a rencontré Zindzi, une des filles de Nelson Mandela. Claudio Veeraragoo, c’est 350 compositions, 8 CDs, 30 audio cassettes, 45 vinyles… Tout un univers à voir à travers l’initiative d’Emmanuel Richon, conservateur du Blue Penny Museum, qui lors de son discours pour le lancement de l’exposition, n’a pas hésité à expliquer son inspiration : « Cette exposition méritait d’être faite pour saluer le parcours de Claudio qui n’est sûrement pas terminé. Il faut promouvoir cette culture du séga afin que les générations d’après puissent connaître les chansons de Ti Frer, Serge Lebrasse ou encore Claudio Veeraragoo qui ont marqué toute une génération ».
De ces débuts en 1964, comme accordéoniste dans un orchestre, l’exposition vous propose de replonger dans l’univers de la musique mauricienne telle que la génération d’avant l’a connu : l’histoire d’un homme qui a persévéré, pour pouvoir vivre de son art. L’exposition raconte aussi les années 70, où il crée son orchestre, le Satanik Group. En 1971, Claudio Veeraragoo devient propriétaire d’un studio d’enregistrement où bon nombre d’artistes mauriciens ont pu enregistrer leurs albums. On y découvre une série de photos émouvantes et légèrement usées par le temps, ainsi que le matériel analogique utilisé pour enregistrer Bhai Aboo, aujourd’hui recréé pour l’exposition. Le chanteur qui a gardé le look des années de ces plus grands succès reste nostalgique face à cette exposition : « Je suis tellement heureux de pouvoir faire cette exposition qui a été un rêve pour moi depuis tellement de temps. Cela me fait chaud au coeur de pouvoir montrer aux jeunes cette belle époque où le séga était traditionnel. Je crois beaucoup en le séga et je voudrais continuer à aider les artistes mauriciens de talent à se faire connaître. 2014 marque une nouvelle page de ma carrière, avec bien sûr des projets dont un livre retraçant ma vie musicale », a expliqué Claudio au Mauricien.