Le 12 octobre, en ouverture de Blues Dan Jazz, édition 2012, le pianiste Manuel Rocheman et le bassiste Linley Marthe ont créé une formidable ambiance, s’engageant à fond dans leur musique avec une section rythmique originale : Philippe Thomas (trompette), Christophe Bertin et Momo Manancourt (batterie), Patrick Desvaux (guitare), Menwar (percussions). L’amphithéâtre de l’IFM était au centre de cette ébullition et les amoureux du jazz au rendez-vous. L’orchestration choisie a privilégié un large spectre sonore : des compositions originales de Manuel Rocheman au piano à celles de Linley Marthe aux mains expertes, on est allé du plus grave au plus aigu. Et ce ne sont pas des compositions qui s’orchestrent à la légère.
Linley Marthe a accordé un soin particulier à ses accords et à ses compositions dont une a été interprétée par Nadine Belombre, interprète remarquée ces derniers temps. Toute une palette de sons, pour un festival original pas seulement réduit au clavier ou à la basse, mais où chaque musicien amplifie sa couleur. Un projet qui repose sur une grande complicité du cadre musical mais aussi une structure musicale chamboulée pour accueillir le séga-jazz, le blues de Menwar, avec une reprise de Angela de Coulouce (Jean-Pierre Mohabeer, connu pour son séga Goblet). « Coulouce a révolutionné la musique mauricienne, déclare Menwar, et a ouvert la voie au jazz par son potentiel de créativité, loin des normes attendues ».
Sens du groove, innovations mélodiques de Linley Marthe avec son sens rythmique ahurissant, hommage farouche rendu aux aînés… Blues Dan Jazz a été placé sous le signe de la diversité créative. Le public y a favorablement réagi, dans la mesure où les musiciens ont élargi leur répertoire pour être des représentants plus éclairés. On pourra voir ce phénomène comme une vulgarisation du jazz et de grande attention de la part du public à l’écoute. Celui-ci a eu le privilège d’avoir accès à des musiciens qui possèdent des sonorités singulières du jazz contemporain (Philippe Thomas, Manuel Rocheman, Christophe Bertin, entre autres). Un beau croquis du paysage musical que l’on trouve aujourd’hui.