En ce moment à Rodrigues, la troupe de GB Entertainment est en répétition pour la présentation de son projet d’échange culturel, intitulé Bo’zArt. Dix-sept danseurs rodriguais et six danseurs mauriciens seront sur scène pour valser au rythme des danses traditionnelles et mélangées.
Bo’zArt, c’est avant tout un échange entre trois îles de l’océan Indien. Maurice, La Réunion et Rodrigues ne feront qu’un sur la scène de l’amphithéâtre de Mon Plaisir, le week-end du 7 septembre. Le spectacle mis en scène par Giovanni Bouton présentera des pas de danse métissés au rythme de la polka rodriguaise et du séga de Maurice, cadencés par une trentaine de danseurs, sans oublier la voix de MC Crotal pour le côté réunionnais.
Encadrement
Le thème mis en avant pour le projet Bo’zArt est l’évolution de Rodrigues. “À travers la danse, on montrera les diverses facettes de cette île. Les activités locales comme la pêche seront sublimées à travers l’art. Le projet Bo’zArt vise à encadrer les jeunes Rodriguais et leur donner les moyens de découvrir la beauté et le dur boulot qu’est l’art”, souligne Giovanni Bouton.
Pour ce dernier, la danse, c’est du sport, de l’effort et un côté pédagogique qu’il faut mettre en avant dans la culture rodriguaise. “Nous allons transformer le centre de Mon Plaisir à Rodrigues. Cet amphithéâtre revivra à travers la passion des acteurs et des danseurs qui se produiront lors des représentations. Les danseurs de cette île doivent bénéficier d’une plate-forme adéquate pour mettre en avant la danse et d’autres activités liées à l’art.”
Pas mélangés
Bo’zArt, c’est une première pour les Rodriguais. Dianola, qui danse depuis l’âge de 8 ans, se dit pleinement satisfaite de cette aide précieuse que lui apporte la troupe de GB Entertainment. “Je suis chorégraphe à Rodrigues. Dès que j’ai entendu parler de ce projet, je me suis pressée d’auditionner car je voulais apprendre de nouvelles choses. Dans le spectacle, je suis la patronne d’un bar et j’aime particulièrement une scène où je danse du tango. La musique est très sensuelle et les pas sont inspirés de nos deux îles.”
Encadré par six danseurs mauriciens pour les chorégraphies lors des répétitions, Sylvain, que l’on retrouve pour une danse aux couleurs de boléro, adhère à ce mélange de pas. “Je danse depuis pratiquement 13 ans e mo panse ki Giovanni inn aport enn travay parfe lor nou ti lil. C’est la première fois que je participe à un tel projet et j’admire cet échange de cultures.”
Maurice
Les auditions se sont déroulées le samedi 13 juillet à Rodrigues. Le directeur de GB Entertainment confie que les danseurs sont au point. “Ils sont tous beaux et prêts à représenter leurs îles lors du spectacle Bo’zArt. Toute la troupe est aussi fière d’avoir Marclaine Antoine, personnage du séga mauricien, que l’on ne présente plus, en tant que parrain du projet.”
Les représentations du spectacle n’auront lieu qu’à Rodrigues pour l’instant, mais Giovanni y travaille : “Avec l’aide des sponsors, nous espérons pouvoir importer ce travail culturel à Maurice, pour que les adeptes de danse puissent aussi l’apprécier.”