L’enquête confiée au Central CID au sujet d’un scandale de Residence Permits falsifiés à des étrangers contre paiement de pots-de-vin de Rs 100 000 par permis octroyés, tente actuellement d’établir le nombre de cas similaires. De ce fait, avec l’audition hier d’un des officiers du Board of Investment, Avinash Roy, qui a pu rentrer chez lui dans l’après-midi, les dossiers des demandes de permis sont passés au crible en attendant de réunir des preuves formelles en vue de coincer le véritable cerveau derrière ce racket. L’enquête policière devra prendre une nouvelle dimension au retour à Maurice du couple Tokuart, inculpé provisoirement de faux et d’usage de faux.
À ce stade de l’enquête, les limiers du Central CID veulent entourer avec « une certaine discrétion » les différentes étapes de cette enquête compte tenu des répercussions sur l’image de Maurice aux yeux des étrangers et sur le flux de Foreign Direct Investment (FDI) dans l’économie. À cet effet, ils préfèrent prendre le maximum de précaution avant toute nouvelle arrestation dans cette enquête même si des soupçons existent quant à l’identité du cerveau derrière ce réseau d’escroquerie agissant au sein du Board of Investment (BOI).
Dans la journée d’hier, les enquêteurs de la police ont entendu l’officier Roy sur les différentes procédures en vigueur au BOI pour l’octroi de Residence Permits, des Occupation Permits et autres Investment Permits. Une perquisition à son domicile à Beau-Bassin par des membres du Central CID n’a rien donné et il a pu rentrer chez lui dans l’après-midi sans être nullement inquiété. À la faveur de ces explications, le Central CID prévoit de faire un Screening des dossiers de demandes de permis soumis par des ressortissants étrangers et agréés par le BOI.
Compte tenu de l’importance de ces permis alloués par le BOI, l’enquête de la police pourrait déborder sur les opérations de la Tourism Authority (TA) car bon nombre de ces étrangers sont engagés dans des activités professionnelles liées à l’industrie touristique ou sont propriétaires de bateaux de plaisance. À ce stade, aucune décision n’a été prise sur cette extension d’enquête à la TA vu que celle sur le BOI n’a pas encore atteint sa vitesse de croisière.
Ce cas d’escroquerie sur des permis de résidence des ressortissants étrangers a été révélé par le Passport and Immigration Office à la suite de l’examen du dossier du couple français inculpé provisoirement. Devant des zones d’ombre dans le dossier de ces ressortissants, le Passport and Immigration Office a sollicité la collaboration du Central CID pour un complément d’enquête.
Convoqués au QG du Central CID, Martial Tokuart, 61 ans, à la retraite et Elians Tokuart, 56 ans, devaient faire état des circonstances dans lesquelles ils ont bénéficié de leur permis de résidence contre des paiements de Rs 100 000 chacun. Confrontés aux documents se trouvant dans leurs dossiers, ils devaient nier les avoir soumis. De fausses garanties bancaires d’une autre institution que la leur s’y trouvaient.
Après son inculpation provisoire, le couple Tokuart a été autorisé à rentrer en France en vue de récupérer des documents cruciaux pour la suite de l’enquête policière. Mais aucune des sources approchées n’a voulu confirmer la date du retour à Maurice de ces deux ressortissants français.
Au siège du Board of Investment, qui est ébranlé par ces allégations de fraude et d’escroquerie dans des procédures d’octroi des permis majeurs à des étrangers, une autre affaire d’ordre éthique fait actuellement grand bruit. Gregory Lam, fils de Maurice Lam, président du conseil d’administration du Board of Investment, s’est vu confier la responsabilité de Lead Photographer pour la conception et l’édition du rapport annuel de cette institution pour 2009.
Même si officiellement, l’administration du BOI soutient que Gregory Lam n’a bénéficié d’aucun paiement pour ce travail, des tracts anonymes circulent dénonçant la transformation du BOI en une affaire familiale avec des assignments prestigieux au fils du président du Board.
Une autre affaire à suivre qui fera encore grand bruit au BOI…