La fin du contrat des deux Deputy Governors de la Banque de Maurice (BoM) suscite actuellement de l’agitation dans certains milieux. Les dernières indications sont que les contrats des Incumbents, en l’occurrence Iqbal Belath et Yogendranath Googoolye – qui arrivent à terme – ne seront pas reconduits.  Dans le cas d’Iqbal Belath, le nom de son successeur, Issa Soormally, de la Bramer Bank, est évoqué avec insistance dans des milieux autorisés.
De son côté, le nom de Yogendranatgh Googoolye, qui a connu une longue carrière au sein de la Banque centrale, est cité pour de hautes responsabilités à la tête d’une autre importante institution financière. Dans cette perspective, les premières Inside Informations font état d’une mutation à la Financial Services Commission (FSC).
Ce matin, aucune information officielle n’était encore disponible quant aux prochaines nominations à la tête de la Banque de Maurice ou encore sur cette valse de transferts entre les régulateurs du secteur financier. La clause 14 de la Bank of Mauritius Act prévoit que ces nominations sont faites par le Président de la République sur les recommandations du Premier ministre. D’aucuns affirment que les recommandations nécessaires devraient être transmises à la State House sans ajouter le moindre détail.
Toutefois, Suttyhudeo Tengur, de l’Association de la protection des consommateurs et de l’environnement – qui ne se fait pas prier pour s’inviter au débat sur le dossier de la Banque de Maurice et des finances –, s’étonne des choix qui devront être avalisés incessamment. « La nomination prochaine de deux Deputy Governors totalement étrangers à la tête de la Banque de Maurice risque de provoquer des remous sans précédent au niveau de cette institution régulatrice », souligne-t-il dans un communiqué émis ce matin, en avançant que l’un d’eux serait un cadre d’une banque privée et l’autre, un nominé politique.
« Ces nominations représentent un divorce à la tradition, où depuis des années, un interne était toujours nommé comme Deputy Governor et le second issu d’un autre domaine, mais avec une connaissance des finances. La nomination de deux personnes étrangères risque de provoquer ce qu’on appelle dans le milieu bancaire un break of institutional memory et pourrait entraîner certains bouleversements au niveau de la direction de cette institution », appréhende Suttyhudeo Tengur.
Pour le syndicaliste, la nomination des deux nouveaux adjoints au gouverneur de la Banque de Maurice ne constituerait qu’une « nouvelle étape dans le bras de fer engagé entre Manou Bheenick et le tandem Duval–Mansoor avec la Banque centrale, soumise aux diktats du ministère des Finances ».
La prochaine confirmation des deux nouveaux Deputy Governors est attendue avec impatience dans les milieux politiques aussi bien que financiers car « elle devra permettre de confirmer ou d’infirmer quid du Prime Minister’s Office ou du ministère des Finances aura eu la main haute dans ces nominations ». Rappelons qu’une des premières « brouilles » politiques entre l’ancien vice-Premier ministre et ministre des Finances Rama Sithanen et Navin Ramgoolam avait éclaté avec le choix de Manou Bheenick par le Premier ministre aux dépens du candidat préféré de Rama Sithanen…