L’ancien gouverneur de la Banque de Maurice, Rundheersing Bheenick, qui est déjà sous des inculpations provisoires pour des cas de “larceny of confidential documents” de la Banque centrale et de “money laundering”, était de retour au QG du CCID dès 9h30 ce matin dans le cadre de la suite de l’enquête sur la BOM Coffers Saga. Accompagné de son homme de loi, Me Hervé Duval Jr, il a quitté les Casernes centrales sur le coup des 11 heures.
La présence de Rundheersing Bheenick dans les locaux du CCID s’explique par le fait qu’il a été formellement convoqué par les enquêteurs sous la supervision de l’ACP Heman Jangi. Ainsi, pendant près de 1h30, l’ancien gouverneur de la Banque centrale a répondu à quelques questions en guise de compléments d’informations dans le cadre de l’enquête en cours et, surtout, a déposé un affidavit sur cette affaire. « Mon client est venu à la demande de la police pour répondre aux questions. Et il a produit aujourd’hui un affidavit à la police contenant tout ce qu’il pouvait et voulait dire sur cette affaire. Maintenant, ce sera à la police de réagir », a fait comprendre son homme de loi, Me Hervé Duval Jr, dans une déclaration aux membres de la presse en quittant les locaux du CCID.
Une inculpation provisoire de “possession of stolen property” (PSP) pèse sur l’ancien gouverneur de la BoM par rapport aux documents confidentiels retrouvés chez lui, de même que des artefacts de la banque. La perquisition des hommes de l’ACP Jangi chez Manou Bheenick avait confirmé les soupçons au sujet de la disparition de la Bank of Mauritius Tower de dossiers “top secret” contenant des informations confidentielles. Les enquêteurs du CCID devaient découvrir une importante quantité de devises étrangères. Le montant est évalué à plus de Rs 1 million, en euros, dollars américains et livres sterling. Il est accusé de blanchiment d’argent.