Près de quatre opérateurs économiques sur cinq interrogés dans le cadre de l’Inflation Expectation Survey menée par la Banque de Maurice sont d’avis que le taux d’inflation à juin 2015 ne dépassera pas 4,5 %.
Ce sondage (le 25e) de la BoM effectué en novembre dernier a permis à 45 opérateurs économiques représentatifs du secteur financier et des secteurs réels de l’économie mauricienne de donner une indication de leur anticipation quant à l’évolution de l’inflation. À la question de savoir quelle pourrait être la tendance des prix au cours des douze prochains mois, 82,2 % des sondés ont répondu qu’ils s’attendent à une hausse des prix. Ceux qui prévoient une baisse de prix représentent 6,7 % des sondés, le reste (11,1 %) estimant que les prix resteraient inchangés.
Invités à préciser leurs attentes concernant l’inflation, une grosse majorité des sondés (77,8 %) ont fait savoir que le taux ne dépasserait pas 4,5 % d’ici juin 2015. Ceux qui pensent que le taux pourrait se situer dans la fourchette de 4,5 % à 6,5 % sont au nombre de 20 %. Le reste, soit 2,2 %, ont répondu que l’inflation dépasserait les 6,5 % à cette date. Faisant des prévisions d’ici décembre 2015, 55,6 % des opérateurs économiques ont déclaré que l’inflation demeurerait en dessous de 4,5 % alors que 42,2 % ont fait savoir qu’ils anticipaient un taux variant entre 4,5 % et 6,5 %. Les autres (2,2 %) ont estimé que le taux serait au-dessus de 6,5 %.
L’enquête de la BoM a également établi que pour deux tiers des opérateurs économiques, le taux d’inflation de 3,8 % atteint en octobre 2014 est jugé « appropriate ». Par contre, 20 % des participants étaient d’avis que ce taux était bas alors que 13,3 % l’ont qualifié de « high ». Pour trois quarts des sondés, les prix des biens et services ont grimpé au cours des 12 derniers mois.
Pour ce qui est des facteurs à la base de l’inflation à Maurice, un fort pourcentage (77,8 %) des sondés ont fait ressortir que les facteurs exogènes constituent la principale source d’inflation. Les changements dans la demande et l’évolution du taux de change sont les autres facteurs les plus importants.
Par ailleurs, rappelons qu’à fin novembre 2014, le taux d’inflation « headline » (moyenne de douze mois de l’indice des prix à la consommation comparée à la moyenne pour les douze mois précédents) s’élevait à 3,5 % contre 3,8 % à fin octobre dernier. Quant au taux de la « year-on-year inflation », il est descendu sous la barre d’un point, chose qu’on n’avait pas vue depuis des années.