La Banque de Maurice (BoM) a rendu publiques hier après-midi les données préliminaires concernant les investissements directs étrangers (FDI) à Maurice, estimant à Rs 3 milliards le montant enregistré pour le premier trimestre 2016. La BoM a également corrigé à la hausse son estimation du FDI pour 2014, fixant le nouveau montant à Rs 18,5 milliards alors que pour 2015, la banque centrale a tablé sur Rs 9,6 milliards, chiffre qui sera a mis à jour en 2017.
Le relevé de la BoM concernant le flux d’investissements directs étrangers bruts reçus pendant les trois premiers mois de la présente année fait voir que c’est le secteur immobilier qui a attiré le plus de FDI, soit un montant de l’ordre de Rs 2,4 milliards. Une grosse partie de cette enveloppe (près de Rs 1,9 milliard) a été canalisée vers les projets d’Integrated Resort Scheme (IRS), de Real Estate Scheme (RES) et d’Invest Hotel Scheme (IHS). Le deuxième secteur en importance est l’industrie manufacturière, qui a attiré Rs 378 millions de FDI, précédant le secteur des services financiers et d’assurance (Rs 136 millions) et celui des nouvelles technologies de l’information et de la communication (TIC).
La France a été la première source de FDI pour Maurice sur la période janvier-mars 2016 avec un montant de Rs 926 millions. Elle précède l’Afrique du Sud (Rs 559 millions), les Émirats Arabes Unis (Rs 565 millions), la Suisse (Rs 228 millions), le Royaume Uni (Rs 180 millions) et la Belgique (Rs 177 millions). En 2015, estime la BoM, le flux des investissements directs étrangers bruts s’est élevé à Rs 9,6 milliards, la part du lion (Rs 8,1 milliards) allant au secteur immobilier, dont Rs 6,8 milliards pour les projets IRS/RES/IHS. Le secteur de l’hôtellerie et de la restauration a reçu Rs 860 millions, devançant les secteurs de la construction (Rs 332 millions) et des services financiers (Rs 229 millions). Les Français ont été encore une fois en première ligne des investisseurs étrangers avec des financements dépassant légèrement les Rs 3,5 milliards. Les Sud-africains se sont aussi manifestés avec un montant de Rs 1,4 milliard, contre Rs 908 millions aux Britanniques et Rs 730 millions aux Suisses. Les Chinois se retrouvent à la 5e place avec Rs 423 millions.
Par ailleurs, la BoM a revu à la hausse la valeur totale des investissements directs étrangers bruts pour 2014, montant qui, précise-t-elle, a atteint Rs 18,5 milliards contre une estimation préliminaire de Rs 14,1 milliards. Cette correction a été faite sur la base des données recueillies lors d’une Foreign Assets and Liabilities Survey (FALS), exercice qui a permis la prise en compte, entre autres, des transactions entre des résidents et des non-résidents concernant des placements, en capital, des prêts entre sociétés affiliées.
Les nouvelles données pour 2014 indiquent que l’immobilier demeure le secteur le plus prisé (Rs 6,2 milliards) par les investisseurs étrangers. Le secteur de l’hôtellerie et de la restauration a également enregistré une performance notable (environ Rs 6 milliards), précédant celui des services financiers (Rs 2 milliards), l’industrie manufacturière (Rs 991 millions), le secteur de production d’énergie électrique (Rs 979 millions) et le commerce (Rs 685 millions).
La France (Rs 3,8 milliards), les Etats-Unis (Rs 1,7 milliard) et l’Afrique du Sud (Rs 1,5 milliard) ont été les trois plus gros pourvoyeurs de FDI en 2014. Puis on retrouve le Royaume Uni (Rs 1,1 milliard), l’Allemagne (Rs 1,05 milliard), le Luxembourg (Rs 764 millions), la Chine (Rs 618 millions) et les Émirats Arabes Unis (Rs 617 millions).