Bombay Sweets, c’est l’histoire sucrée que nous content les familles Ramessur et Surtani depuis maintenant quarante-trois ans… Une success story aussi puisque à chaque veille de Divali, la longue file d’attente devant la boutique, à la rue Remy Ollier, Port-Louis, est devenue scène courante.
Barfi, safarjan (petite pomme), kalakand et autres petits délices savamment concoctés à base de lait… Leur texture lisse, le bon goût du lait mêlé à leur douceur… De quoi vous mettre l’eau à la bouche ! Autrefois, lorsque l’envie nous prenait de savourer ces gâteaux typiques partagés à l’occasion de la fête de Divali, l’on pensait inévitablement à Bombay Sweets. On était sûrs alors de pouvoir y assouvir nos désirs…
Aujourd’hui, même si d’autres boutiques proposent les mêmes types de gâteaux, Bombay Sweets est demeurée une référence dans le domaine.
« Nous existons depuis 1969. La boutique a toujours appartenu aux deux familles Ramessur et Surtani. Nous avons commencé petit. Nous n’avions pas autant de clients. Les gens n’avaient pas de moyens et préparaient les gâteaux à la maison. Depuis quelque 20/25 ans, cette tendance à acheter, plutôt que de préparer soi-même à la maison, a émergé. Aujourd’hui, dans une famille, il y a deux à trois personnes qui travaillent. Par manque de temps, c’est ainsi devenu plus facile d’en acheter pour faire le partage. Nous avons toujours misé sur la qualité de nos produits », indique Bushan Ramessur, un des responsables du magasin. Dépendant du budget du client, ajoute-t-il, celui-ci peut acheter des sacs en plastique ou boîte en guise d’emballages. Toutefois, remarque M. Ramessur, crise économique oblige, « on n’offre plus autant de gâteaux qu’autrefois. Le coût des ingrédients eux-mêmes a augmenté ».
Outre les traditionnels barfis, safarjans, mawa samoosa, magaz messoor, gato moutay et halwamalai, d’autres gâteaux sont spécialement concoctés chez Bombay Sweets pour Divali. Il y a par exemple le kalakand, une nouvelle friandise à base de lait qui est proposée depuis deux ans de même que d’autres sucreries à base de noix et de figues.
« Il y a un autre gâteau que nous avons lancé à l’occasion de la fête Ganesh Chaturthi en forme de dôme. En Inde, on prépare ce gâteau pour cette fête parce que selon la légende, Ganesh aimait ce gâteau à base de lait, de farine, de dholl et de badam », ajoute M. Ramessur.
Outre la boutique à Port-Louis, Bombay Sweets en compte une autre au Columbia Court, route Saint-Jean, Quatre-Bornes.