Partant de l’idée que l’histoire de Ram est une histoire politique, Navin Ramgoolam ne s’est pas fait prier pour puiser dans les enseignements du Ramayana pour faire des allusions politiques. Il a rappelé que Divali est la célébration de la victoire de la lumière sur l’obscurité. Il a dénoncé ceux qui agissent dans l’obscurité, « c’est-à-dire derrière le dos ». Il a fait état des divisions qui existent dans des familles. « Parfois frer laguerre contre frère et nou bisin mette lordre ».
Le PM a fait mention des difficultés rencontrées lors des nominations. « Il suffit que vous nommiez quelqu’un pour en voir dix autres protester sur des bases de religion, de caste etc. » Et de faire allusion à l’élection des trois candidats travaillistes à Pamplemousses/Triolet.
« Imaginez un instant aujourd’hui ce qui se serait passé si l’un d’entre nous était tombé. Si Ramjuttun était entré. Que serait-il arrivé à ma majorité ? On en serait à 35/35 au parlement. Qui seraient les perdants ? Moi ? Est-ce que j’ai besoin de cela pour vivre moi ? Non. C’est vous qui seriez les grands perdants. Si je ne suis pas là demain, je suis triste à l’idée de ce qui vous arriverait. Il y a des gens qui sont des accapareurs de pouvoirs. Ils ne sont pas intéressés par vous mais par le pouvoir. Il faut mettre l’intérêt du pays avant le pouvoir. Si vous avez le will power vous pouvez soulever des montagnes », a lancé Navin Ramgoolam.
Il a insisté sur l’importance d’avoir du caractère. « Si vous n’avez pas du caractère, restez à la maison et regardez la télévision. Ne venez pas vous bagarrer dans l’arène politique ».
Navin Ramgoolam a insisté sur la nécessité de l’unité dans un pays multiracial. « Pensez en termes de Mauricien », a-t-il dit.
À Bon-Accueil, le Premier ministre a insisté sur l’importance de la stabilité. Il s’est attaqué à ceux qui veulent créer de l’instabilité dans le pays. Citant la Bible, il a rappelé que Jésus avait été trahi par un de ses douze apôtres, Judas, qui a réalisé son erreur après avoir commis la faute. Il a soutenu qu’il n’y a pas de Judas dans les rangs du Ptr.