Des instituts de directeurs de dix pays d’Afrique, dont Maurice, ont lancé ce matin à l’hôtel Hilton un réseau africain de gouvernance des entreprises (African Corporate Governance Network). Sa mission première : promouvoir l’adoption de meilleures pratiques internationales en matière de gouvernance des entreprises afin d’augmenter la confiance des investisseurs et de booster le développement du secteur privé africain. La Chief Executive du Mauritius Institute of Directors (MIoD), Jane Valls, s’est vue confier la présidence du réseau.
Outre Maurice, le réseau africain de bonne gouvernance des entreprises regroupe les instituts de directeurs des pays suivants : Afrique du Sud, Kenya, Malawi, Maroc, Mozambique, Tanzanie, Ouganda, Zambie et Zimbabwe. Deux autres pays, le Nigeria et le Senegal, ont  signifié leur intention de se joindre au réseau. Les représentants du Malawi et du Mozambique n’ont pas pu faire le déplacement pour la cérémonie de signature de la constitution de l’ACGN. Celle-ci s’est déroulée en présence du ministre-conseiller Deepak Gokulsingh, du ministère des Affaires étrangères, de la Baroness Lynda Chalker, ancien membre du parlement britannique et “Trustee” de l’Investment Climate Facility for Africa, et de Lynette Chen, de la NEPAD Business Foundation. Deepak Gokulsingh, qui a donné lecture du discours du ministre des Affaires étrangères, le Dr Arvin Boolell, a annoncé que Maurice est prête à accueillir le secrétariat du réseau si les membres décident de mettre en place une structure organisationnelle permanente. C’est la NEPAD Business Foundation qui assure pour l’instant le secrétariat de l’organisation panafricaine. La société financière internationale, le guichet secteur privé de la Banque mondiale, apporte également son concours à l’ACGN.    
Pour Jane Valls, c’est maintenant que le travail commence pour la propagation des pratiques de bonne gouvernance au sein des entreprises africaines. Elle a soutenu qu’à travers la création du réseau de l’ACGN, les responsables des instituts de directeurs des pays membres pourront partager leurs expériences sur la question de bonne gouvernance. « We want to champion corporate governance in Africa », a ajouté la nouvelle présidente. Jane Valls a mis l’accent sur le renforcement de la transparence dans la gestion des entreprises et l’adhésion totale aux meilleures pratiques dans le domaine. Le réseau, a-t-elle indiqué, s’est fixé pour objectifs de promouvoir la recherche sur la bonne gouvernance, l’appropriation de meilleures pratiques par les entreprises, la collaboration étroite entre les instituts membres et le développement des capacités. La NEPAD Business Foundation et la SFI ont annoncé qu’elles sont prêtes à soutenir les activités futures de l’ACGN.
Chinyere Almona, directrice du programme africain de bonne gouvernance de la SFI, a déclaré : « À ce stade critique de la croissance en Afrique, l’adoption des meilleures pratiques internationales de bonne  gouvernance est un moyen important pour attirer les investissements directs étrangers sur le continent. La SFI soutient le réseau africain pour  promouvoir l’adoption de la bonne gouvernance à travers l’Afrique afin d’accroître la confiance des investisseurs, de promouvoir le développement du secteur privé et de créer des entreprises durables pourvoyeurs d’emplois et de réduire la pauvreté. »