Une politique de « deux poids deux mesures » semble être appliquée au niveau du District Council de Rivière-Noire. En effet, le conseil s’est opposé à la tenue de Boom Fiesta 2019, à Gros-Cailloux, en août. Mais a autorisé la tenue de We Love Pop 3 Music Festival le week-end dernier, au même endroit.

Dans les milieux informés, on murmure que des interventions en hauts lieux ont eu lieu pour permettre la tenue du festival de pop.

Pour sa part, GL Events de Gerard Louis, qui organise Boom Fiesta 2019, a été notifié dans un courriel du District Council que son événement ne peut se tenir à Gros-Cailloux.

La raison évoquée dans cette missive : l’Environmental Health Engineering Unit du ministère de la Santé « n’est pas en faveur » de la tenue de cet évènement à Gros-Cailloux. En cause, des habitants de la région se plaindraient de la pollution sonore.

Versions contradictoires.

Contacté, le président du District Council de Rivière-Noire, Steeve Magdeleine, affirme que « nous ne pouvons aller contre ce que dit le ministère ».

Steeve Magdeleine souligne que We Love Pop 3 Music Festival a, d’une part, « donné des garanties » s’agissant des décibels. Et d’autre part, le festival  « a reçu toutes les accréditations nécessaires », assure le président.

Sauf qu’au ministère de la Santé, on nous indique le contraire. « L’avis du ministère est le même partout », nous informe-t-on. Et d’ajouter que le ministère n’était également pas en faveur de la tenue de We Love Pop 3 Music Festival.

De plus, le ministère précise : « Nous donnons simplement notre avis. Ce qui nous concerne c’est le bruit et le tapage. C’est le District Council qui donne l’autorisation. »

Un ministre cité.

Durant le week-end, nul dans les environs de Gros-Cailloux ne pouvait rater la tenue de We Love Pop 3 Music Festival, signalée par des lasers pointant vers le ciel. La musique provenant du festival pouvait être entendue jusqu’à Albion, à plusieurs kilomètres.

« Au niveau du District Council, nous n’avons pas d’équipement pour mesurer les décibels », se défend Steeve Magdeleine.

Dans cette affaire, des interventions en hauts lieux auraient permis de décanter la situation pour Holdem Ltd, organisatrice du festival de pop. En sus du nom d’un haut gradé de la police, celui d’un ministre est aussi cité.

Au début de la semaine dernière, l’autorisation de la police n’avait pas encore été obtenue. Des dispositions aurait même été prévues dans l’éventualité où les organisateurs envisageaient d’aller de l’avant sans permis. Finalement, certaines des autorisations semblent avoir surgi de nulle part à la toute dernière minute. A la grande surprise de plus d’un.

De son côté, Gérard Louis prévoit désormais la tenue de Boom Fiesta 2019 au JnJ Auditorium de Phoenix, les 3 et 4 août. Manoeuvre qui a impacté les frais d’organisation et, par conséquent, le tarif des billets.

Boom Fiesta 2019 est festival qui réunira plusieurs artistes de l’océan Indien, et qui succèdera aux Jeux des îles de l’océan Indien.