L’assignation faite au commissaire de police pour qu’il comparaisse personnellement au procès intenté à Siddick Chady et à Prakash Maunthrooa dans le cadre de l’affaire Boskalis, a fait l’objet d’une motion logée en Cour suprême ce matin. Elle a été entendue à la mi-journée par la juge Rehana Mungly-Gulbul. Au final, il a été décidé que Dhun Iswar Rampersad n’aurait pas à comparaître en personne. À la place, il n’aura qu’à se faire représenter par un officier approprié.
Il est à faire remarquer que Me Saïd Toorbuth, avocat, avec son fils Me Arshaad Toorbuth, de Siddick Chady, a d’emblée indiqué qu’il n’insistait pas sur la comparution personnelle du CP. Cette remarque a certainement facilité la tâche de la juge.
Concernant la motion de Me Ahmine, c’est sur le tard qu’il a saisi la Cour suprême. À l’appel du procès devant la magistrate Wendy Rangan, siégeant en Cour criminelle intermédiaire, la défense a déposé sa liste de témoins. Parmi, il y a le nom de Me Ahmine, qui jusque-là, était le Leading Counsel de la poursuite, avec Me Jean Marie Ah Sen pour l’assister. Me Ahmine a indiqué à la Cour qu’il allait contester en Cour le fait que la Défense l’ait choisi comme témoin.
Dans un affidavit qu’il a juré pour soutenir sa motion, il a traité la démarche de la défense de frivole, ajoutant qu’elle constitue un abus de la procédure. Pour lui, il s’agit d’une tentative délibérée visant à l’empêcher de paraître pour la poursuite.
La juge a demandé aux parties concernées de revenir en début d’après-midi pour considérer cette motion.
Me Shah Nawaz Namdarkhan a paru pour le commissaire de police, alors que Me Iqbal Maghooa représente son collègue Rashid Ahmine. Mes Roshi Bhadain et Yash Bhadain défendent Prakash Maunthrooa.