C’est une rencontre et une découverte exceptionnelles de par la rareté de cette espèce indigène à l’échelle des Mascareignes. La découverte de Actinostachys confusa (une espèce de la famille des schizaeacées) confirme l’importance écologique et patrimoniale de cette fougère et le besoin des actions de conservation et de sauvegarde. L’espace indigène est menacée selon les critères de l’International Union for Conservation of Nature (IUCN). Après des années de recherches botaniques, de collecte, d’identification, cette nouvelle espèce indigène vient s’ajouter à la diversité des fougères des Mascareignes.         
Jusqu’en 2007, Schizaea dichotoma (L.) Sm. était le seul représentant de la famille de fougères Schizaeacées, connu à Maurice et à La Réunion. La découverte à Maurice d’une deuxième espèce indigène, Actinostachys confusa (Selling) C. F. Reed, qui n’était connue auparavant que de Madagascar et des Seychelles, constitue maintenant un nouvel apport à la flore indigène des Mascareignes. La trouvaille est à mettre au crédit du Botaniste Kersley Pynee, employé au Mauritius Herbarium, un département du MSIRI, à Réduit. Le scientifique a découvert trois populations de cette fougère indigène à Camp Thorel, Bel Ombre et dans la vallée de Ferney. A. confusa est décrite comme une fougère terrestre dont la hauteur varie entre 10 et 60 cms avec des segments fertiles jusqu’à 3 cms de long.
La distribution de l’espèce à Maurice
Dans le cadre d’un inventaire de la flore à Camp Thorel, la première population de la nouvelle fougère A. confusa a été découverte en 2007 à Gaulettes Serrées. Le site connaît un taux annuel de pluviosité entre 2800 et 3000 mm. La végétation du site est un mélange de plantes comme le vacoas, ravenale qu’on trouve dans les forêts indigènes marécageuses. Il faut savoir que les fougères terrestres ou épithytes (qui pousse sur les arbres) donnent une indication de la santé des forêts.
En 2008, dans le cadre des recherches botaniques menées une fois par semaine par les employés de l’Herbier de Maurice, une deuxième population de A. confusa a été trouvée à Bel Ombre dans le Parc national. C’est dans cette forêt qu’on trouve le plus grand nombre de cette fougère indigène. Le site, haut d’environ 250 m, couvre une surface de 4.3 hectares avec un taux annuel de pluviosité entre 2300 et 2500mm. On y trouve aussi de grands arbres à large canopée.
Une troisième population de A. confusa a été découverte en 2010 dans la Vallée de Ferney près de Grand Port, au sud-est de Maurice. Le site appartient au Ferney Valley Trust Fund for conservation and ecotourism activities. Ce troisième site est d’environ 350 m de hauteur avec une pluviosité entre 2400 et 2600 mm. Cette vallée comprend de nombreuses plantes de la famille des sapotacées et des espèces exotiques.
Concernant A. confusa, elle confirme le rôle important des fougères dans la régénération. Elle explique en partie l’importante richesse spécifique des forêts tropicales et une indication de leur santé.
A signaler que l’Herbier de Maurice, dont une des missions, est d’identifier les plantes pour le public, possède une collection de 26 000 feuilles, plantes, cartes et autres documents. C’est l’institution la plus reconnue en botanique et écologie dans les Mascareignes.