Le Service des Prisons a organisé pour la première fois hier la Fête du pain à l’unité de boulangerie de la New Wing Prison de Beau-Bassin. Une trentaine d’élèves du BPS College et du New Devton College ont été invités à visiter l’unité de boulangerie de la prison où quelque 10 000 pains sont fabriqués quotidiennement.
L’unité de boulangerie de la New Wing Prison de Beau-Bassin est opérationnelle depuis 2006 grâce un effectif de 12 personnes, soit quatre officiers et huit détenus, qui ont suivi une formation poussée en fabrication de pains au Mauritius Institute of Training and Development (MITD). La boulangerie est équipée de trois fours dont un nouvellement acquis, de barquettes en aluminium, de chariots métalliques, d’une façonneuse et de mélangeurs, entre autres. Quelque 10 000 pains y sont fabriqués quotidiennement pour répondre aux besoins des détenus.
Pour marquer la Fête du pain, le personnel de la boulangerie de la prison a reçu hier les élèves du BPS College et du New Devton College. Cette visite a été l’occasion pour les jeunes de découvrir les étapes de la fabrication du pain. L’objectif : les amener à apprécier cet aliment de base des repas quotidiens tout en leur permettant de découvrir le métier de boulanger.
Les collégiens se sont ensuite dirigés vers  une exposition sur le pain dans la salle de gymnase de la Prison Training School. Ils ont pu déguster du pain et des douceurs.
R.K., un détenu affecté à l’unité de boulangerie, affirme que les prisonniers ont la possibilité de faire leurs preuves dans la chaîne de production de pain en apprenant durant un mois chaque étape de fabrication. « Cela nous permet de connaître le processus au complet et de nous perfectionner dans la confection des pains.» La boulangerie opère du lundi au dimanche, à raison de deux shifts, soit de 3 h à 15 h et 5 h à 17 h.
Une longue tradition
La fabrication du pain à la prison de Beau-Bassin émane d’une longue tradition et les l’expérience acquise a été transmise de génération en génération ; toute cette tradition au sein de l’univers carcéral remonte au début du 20e siècle. Un four artisanal en brique était alors utilisé. Il fallait le chauffer avec du bois la veille dans la soirée afin d’être en mesure de cuire le pain le matin suivant. Les produits n’étaient alors destinés qu’aux détenus. Dès septembre 1956, du pain était aussi vendu aux cadres de la prison.
L’on raconte que le pain de la prison, fort apprécié, a connu un tel succès au point où les notables de l’époque, dont le gouverneur général, en faisaient la demande. Une calèche était ainsi dépêchée tous les jours du Réduit pour prendre livraison du pain.
Avec la hausse de la population des détenus et l’introduction de technologies modernes, l’ambassade de France a fait don en 1988 d’un four électrique de la marque « Pavailler » pour satisfaire la demande du département des prisons. L’équipement a commencé en 2000 à subir les effets de l’usure et la non-disponibilité des pièces de rechange sur le marché, ce qui a encore plus entravé la production et contraint le département des Prisons à s’approvisionner auprès de boulangeries privées.
Avec l’ouverture de la New Wing Prison en 2004, une nouvelle boulangerie dotée de deux fours est lancée le 16 janvier 2006. Les équipements de la boulangerie ont cependant subi en 2009 d’importants dommages lors d’un incendie. Après réparation des dégâts, la boulangerie a redémarré ses activités le 23 décembre 2009, mais la production a été réduite et le département des prisons devait s’approvisionner en partie auprès d’une boulangerie privée. Depuis janvier 2011, la boulangerie de la New Wing Prison est opérationnelle à plein temps et la production est en adéquation avec la demande.