Durant les deux dernières années, 21 cas d’incidents ont été rapportés à la Police dans lesquels des bouncers étaient impliqués. C’est ce qu’a indiqué le Premier ministre, Navin Ramgoolam, à l’Assemblée nationale, hier, en réponse à une question de Cehl Meeah.
Dans sa déclaration, le Premier ministre devait préciser que le terme « bouncer » n’est pas défini dans notre loi et qu’il considère ainsi que le député Cehl Meeah, qui lui posait la question, faisait référence aux gardiens de sécurité. De tels gardiens de sécurité, dit le Premier ministre, détiennent un certificat « for performing security duties by the Commissioner of Police ».
Le député Cehl Meeah avait demandé combien de cas d’incidents rapportés — impliquant des bouncers dans des clubs, casinos et maisons de jeux  — il y avait eu durant les deux dernières années et les mesures y relatives que le gouvernement comptait prendre.
Selon les indications du Premier ministre, durant ces deux dernières années, il y a eu 1 cas dans un casino, 9 cas dans des night clubs et 11 cas dans des maisons de jeux.
En guise de mesures préventives, a indiqué Navin Ramgoolam, « la Police effectue des patrouilles régulières dans ces night clubs, casinos et autres maisons de jeux en vue de s’assurer qu’ils se plient aux conditions du permis. Cela inclut le contrôle des personnes agissant en tant que gardiens de sécurité pour voir s’ils sont dûment enregistrés conformément à la loi et si oui ou non ils ont des armes ».
Par ailleurs, ajoute le Premier ministre, « la Police s’assure que ces régions sont couvertes aussi par la Police Patrol et une attention particulière est accordée à ces endroits en vue de prévenir toute activité illégale dans leur voisinage ».