@ Indicesboursiers.com Photo illustration

Bourse Africa Limited, anciennement connue sous l’appellation de Global Board of Trade (GBOT), n’est plus opérationnelle, ayant rendu son permis au régulateur, la Financial Services Commission. Une autre société créée par les promoteurs, Bourse Africa Clear Ltd, pour opérer une plateforme de règlement des transactions, a également remis son permis à la FSC. Bourse Africa Limited avait été lancée en octobre 2010 avec pour promoteur principal le Financial Technologies Group. Ce dernier avait alors annoncé des investissements de l’ordre de 50 millions de dollars dans ce qui devait être « la première bourse internationale à multi-actifs ».

Depuis son entrée en opération, la Bourse a procédé au lancement des contrats de différence sur les matières premières et les devises. Elle visait principalement le continent africain, cherchant à promouvoir les opportunités offertes par les marchés fi nanciers et de matières premières. Le changement d’appellation de GBOT à Bourse Africa Limited fut décidé en 2013 pour témoigner, selon les dirigeants, de la volonté de la société de se focaliser sur les marchés fi nanciers africains. Rinsy Ansalam, alors directeur général de Bourse Africa, avait déclaré à la presse que Bourse Africa mettait tout en œuvre pour fournir aux acteurs du marché une plateforme effi cace pour la gestion des risques, le trading, l’investissement et pour satisfaire les besoins concernant les levées de capitaux. Bourse Africa avait aussi annoncé qu’elle collaborait avec la Nairobi Securities Exchange et la Ghana Stock Exchange pour l’introduction de contrats à terme sur des indices boursiers africains.

La création d’une chambre de compensation avec Bourse Africa Clear Ltd cadrait avec la stratégie des promoteurs. Mais pour nombre d’observateurs du marché des capitaux, Bourse Africa n’a pas connu le rayonnement attendu, les transactions sur le marché se révélant très faibles en dépit des efforts de ses dirigeants. La Securities Exchange Licence de Bourse Africa Limited n’est plus valide depuis le 24 janvier 2018.