Être une entité compétitive au plan régional dans l’industrie cannière et ses produits dérivés, dans la production d’énergie renouvelable, le développement immobilier durable et d’une industrie des loisirs. Tels sont les objectifs du groupe Alteo, né de la fusion entre Deep River/Beau Champ et FUEL, réaffirmés par le président du conseil d’administration Thierry Lagesse, hier soir, lors d’une réception offerte à l’hôtel Le Labourdonnais par la Stock Exchange of Mauritius Ltd (SEM) pour marquer l’introduction du groupe sur le marché officiel de la Bourse.
« Alteo ouvre une ère d’opportunités immenses », a déclaré Thierry Lagesse, qui s’est dit confiant que le groupe créera plus de valeurs pour ses quelque 3 000 actionnaires. Selon lui, la décision de GML Investissement et de Deep River Investment de conjuguer leurs forces au sein du groupe Alteo émane d’un objectif partagé d’assurer la compétitivité des opérations existantes de DRBC et de FUEL dans un environnement encore plus libéralisé et par un renforcement de leur position en vue de mieux exploiter les opportunités de développement. « The setting up of Alteo will give a significant added impetus not only to the operations in which the two companies have been traditionally engaged but also to their more recently developped lines of activity, whilst opening the way to a number of new exciting avenues both locally and in the region », affirme le président du conseil d’administration d’Alteo.
Passant en revue les objectifs et projets de développement du groupe par secteur d’activités, Thierry Lagesse a annoncé que dans le domaine de la production cannière, le groupe disposera d’une superficie d’exploitation d’environ 13 000 hectares et s’apprête à réaliser des gains d’efficience à travers une rationalisation des coûts et une amélioration de la productivité. Dans le sillage de la fermeture prévue pour fin 2013 de l’usine de DRBC, la capacité de broyage de l’usine de FUEL sera portée à 350 tonnes cannes/heure en vue de lui permettre de broyer un plus gros volume de cannes. Il est prévu que la production annuelle de sucre à FUEL sera de l’ordre de 130 000 tonnes. Disposant d’une participation à hauteur de 53 % dans FUEL Refinery Ltd, Alteo sera en mesure de bénéficier d’un rendement accru attendu de l’activité de raffinage de sucre dans le court à moyen terme. Les possibilités d’exportation de sucre raffiné vers les pays de la région vont augmenter. De plus, l’unité de raffinage va se pencher sur les moyens de production de sucre à plus forte valeur ajoutée.
Dans le secteur de l’énergie, a poursuivi Thierry Lagesse, l’intention déclarée d’Alteo est d’investir davantage dans des facilités de production et d’être un des principaux acteurs dans ce domaine. Il a laissé entendre que suite à l’expansion de l’usine d’Union Flacq, la centrale électrique d’à côté sera en mesure de produire plus d’énergie à partir de la bagasse. « This development will ensure a healthy income stream to the operations in the short to medium term », a-t-il déclaré. Dans le moyen à long terme, il sera question de l’installation d’une nouvelle centrale d’une capacité de 100 mégawatts.
S’agissant du développement des activités d’Alteo dans la région, Thierry Lagesse a fait état de l’augmentation constante de la production de l’usine TPC en Tanzanie. De l’ordre de 90 000 tonnes actuellement, la production franchirait la barre des 100 000 tonnes dans les années à venir. « One of the major objectives of Alteo will be to pursue the expansion of its sugar operations in the region », a-t-il souligné avant d’évoquer des projets potentiels dans la région est-africaine et des discussions avec des partenaires stratégiques. « With these new developments, the objective of Alteo will be to produce over 400 000 tonnes of sugar in the region in the years to come », a-t-il ajouté.
Alteo misera également sur ses grosses ressources dans le secteur de l’immobilier. Le groupe a déjà développé le sanctuaire de classe mondiale d’Anahita ainsi que le Domaine Beau Rivage sur une superficie d’environ 400 hectares. Il y a encore une superficie de 250 hectares pour laquelle des permis de conversion ont été obtenus alors que des droits de conversion ont été acquis pour le développement de zones résidentielle et commerciale couvrant 300 hectares.
Alteo, a soutenu Thierry Lagesse, pourra miser sur sa solidité financière – ses actifs se montent à Rs 22,4 milliards – pour développer ses activités futures tant à Maurice que dans la région.