Les membres de la High Level Sports Unit (HLSU), qui se sont réunis lundi, ont pris une décision importante. A la suite de certaines informations publiées dans la presse au sujet de l’état de santé de certains athlètes bénéficiaires d’une bourse de haut niveau auprès du ministère de la Jeunesse et des Sports, ces membres seront sur le terrain incessamment. Cela afin de rencontrer les principaux concernés et leurs fédérations respectives que sont la Fédération mauricienne de Kick-Boxing et des Disciplines Assimilées (FMKBDA), la Fédération mauricienne de Natation (FMN) et la Mauritius Amateur Weighlifting & Powerlifting Association (MAWPA).
La démarche de la HLSU s’explique tout simplement par les informations publiées dans certains titres de presse faisant état de la blessure ou de l’absence d’un athlète aux entraînements. L’attention des membres de la HLSU a d’abord été attirée sur la blessure de l’haltérophile Emmanuela Lent. Il n’est un secret pour personne que cette dernière s’est blessée depuis deux mois. Il nous revient toutefois que la MWAPA n’aurait pas informé la HLSU de la situation, d’autant qu’Emmanuela Lent est bénéficiaire d’une bourse mensuelle de Rs 6 300 et est classée dans la catégorie continentale.
Le nageur Bradley Vincent qui s’entraînaît lui dans un centre de haut niveau en Afrique du Sud se retrouve également dans une situation pratiquement identique. Bradley Vincent perçoit, tout comme Emmanuela Lent, une allocation mensuelle de Rs 6 300. Il faut souligner que le nageur bénéficie également d’une bourse d’excellence auprès de l’Etat en vue de sa préparation pour les Jeux olympiques de Rio, en 2016 au Brésil. Cela au même titre que le boxeur James Kennedy St Pierre, de la judokate Christiane Legentil et de l’escrimeur Sathya Gunputh.
Un troisième cas intéresse les membres de la HLSU, à savoir celui du tireur rodriguais Facson Perrine, classé dans la catégorie continentale et qui perçoit lui une allocation mensuelle de Rs 15 750. Dans ce cas précis, les membres de la HLSU ont appris que le jeune homme ne serait pas régulier aux entraînements. Si tel est bien le cas, ils veulent savoir les raisons derrière ces absences. Contrairement aux deux cas de blessures toutefois, les membres de la HLSU ont noté des contradictions dans le cas de Facson Perrine, notamment au niveau des diverses déclarations faites par les différentes parties concernées.
Allocation revue à la baisse
La grande question au niveau de la HLSU est de savoir pourquoi elle n’a pas été informée de ces trois cas par les fédérations concernées ! Déjà, nous avons appris qu’un premier contact a été établi avec les présidents de la FMKBDA et celui de la MAWPA. Cette démarche sera suivie par une descente imminente des membres de la HLSU sur le terrain pour rencontrer les athlètes concernés, mais aussi l’encadrement technique de ces fédérations. L’objectif étant de mettre tout le monde devant leurs responsabilités, tout en leur rappelant les critères associées à l’obtention d’une bourse.
Au niveau de la HLSU, on juge inadmissible que ces cas n’ont pas été rapportés après plusieurs semaines et qu’il a fallu que c’est la presse  en fasse écho. D’autant, a-t-on fait remarquer que des mesures auraient dû être prises au niveau du paiement de ces allocations. Car les règlements sont très clairs, dit-on, à ce sujet et stipule qu’une allocation doit être revue à la baisse au cas où un athlète ne s’entraîne pas pendant un mois. La question d’un suivi médical des blessés est également évoquée, d’autant a-t-on fait expliquer, que les 9es Jeux des Iles de l’océan Indien se dérouleront très bientôt, soit du 1er au 8 août prochain, à La Réunion.