Le boxeur James Kennedy St Pierre a été exclu de la liste des athlètes bénéficiaires d’une bourse de haut niveau auprès du ministère de la Jeunesse et des Sports sur recommandation de l’Association mauricienne de Boxe. Ce boxeur qui a pourtant remporté l’or, l’année dernière aux Championnats et Jeux d’Afrique, a tout simplement arrêté de s’entraîner. Il bénéficiait d’une allocation mensuelle de Rs 6 000 (catégorie continentale).
Selon le président de la HLSU (High Level Sports Unit), Ram Lollchand, les allocations des boxeurs Jonathan Ramchurn et Jacques Raphaël (Rs 2 000  catégorie régionale) ont été suspendues dans la mesure où ils ne s’entraînent pas actuellement. Pour ce qui est des beach-volleyeuses, Natacha Rigobert et Elodie Li Yuk Lo, leurs bourses ont été suspendues depuis le mois d’octobre, faute d’un rapport de leur entraîneur français Thierry Long. « Nous avons appris que les deux joueuses ne forment plus une équipe. Nous n’avons toutefois rien obtenu d’officiel », a déclaré Ram Lollchand.
D’autres sportifs sont dans le même cas, à l’image des pongistes Rhitesh Taukoory et Brian Chan Yook Fo qui se trouvent en France et en Chine respectivement. Dans le cas des badistes Christopher Paul, Kiran Baboolall et Shama Aboobakar qui touchaient chacun Rs 2 000 (catégorie régionale), Ram Lollchand a indiqué que ces derniers n’ont pas satisfait les critères d’entraînement dans le sens où ils ont assisté à moins de 50% des séances programmés. Cela fait que Kate Foo Kune est la seule joueuse considérée.
D’autre part, Ram Lollchand a pris bonne note des doléances des dirigeants rodriguais, lors de sa récente visite dans l’île. Selon lui, une demande a été faite par ces derniers, afin que les athlètes s’entraînant à Rodrigues soient pris en considération lors de l’allocation des bourses aux athlètes de haut niveau par le ministère de la Jeunesse et des Sports. « Nous avons expliqué aux dirigeants que cette demande sera prise en considération », a indiqué Ram Lollchand.
Selon ce dernier, les présidents des comités régionaux de Rodrigues ont parlé de manque de considération de la part de leurs fédérations par rapport à certains athlètes qui méritent d’être soutenus. « Il va falloir qu’on s’asseoit et analyse les demandes en étroite collaboration avec les fédérations. Si on constate que certains athlètes méritent effectivement d’être considérés parmi les bénéficiaires, alors nous le ferons sans hésiter », a expliqué Ram Lollchand.
Par ailleurs, le président du HLSU a rappelé la bonne nouvelle à l’effet que les bourses de haut niveau passent désormais de Rs 3 000 à Rs 30 000 comme indiqué dans le dernier budget. Cette nouvelle mesure sera prise en considération à partir de janvier prochain dans le sens où le barème de Rs 2 000 à Rs 20 000 pour le dernier trimestre est déjà en cours et se termine à la fin de décembre. Soulignons que Rs 3 000 correspond à une allocation pour un athlète régional et Rs 30 000 pour un athlète de classe mondiale. A ce jour, seul le boxeur Richard Colin est dans la catégorie mondiale et perçoit Rs 16 000.
Pour conclure, Ram Lollchand a expliqué qu’à part les trois athlètes classés mondial et inter-continental, dont les bourses sont revues à la fin de la saison, les athlètes continentaux seront maintenus à ce niveau que s’ils ont ramené des médailles à ce niveau. Au cas contraire, ils tomberont dans la catégorie régionale. « Il ne suffit pas que des athlètes réalisent les minima pour participer à une compétition sur le plan continental pour continuer à bénéficier de la même allocation. Pour se maintenir à ce niveau, ils doivent impérativement avoir décroché une médaille », a-t-il fait remarquer.