La SBM Holdings Ltd a lancé hier la 9e édition de son Scholarship Scheme dans le cadre de son programme de responsabilité sociale. Le groupe bancaire a prévu d’accorder cette année 300 bourses à des jeunes âgés de pas plus de 25 ans et dont les demandes ont été acceptées par des institutions tertiaires du pays pour des études supérieures.

Le lancement de cette nouvelle édition du programme de bourses s’est déroulé hier après-midi au siège de la SBM Tower en présence du président du conseil d’administration, Kee Chong Li Kwong Wong, et du nouveau chief executive officer (CEO) du groupe bancaire, Andrew Bainbridge, dont c’était la première fonction officielle depuis qu’il a pris les commandes de l’institution. « Nous croyons fermement que l’éducation et une bonne qualification académique sont importantes pour l’autonomisation des jeunes. Nous voulons créer de meilleures opportunités pour les gens démunis, ceux qui viennent de régions défavorisées, dont Rodrigues, ainsi que pour les personnes souffrant d’un handicap. À travers notre programme de bourses, nous leur donnons la possibilité d’avoir accès à n’importe quelle institution tertiaire du pays pour faire des études supérieures », a déclaré Kee Chong Li Kwong Wing.

Le président du conseil d’administration de la SBM Holdings Ltd a indiqué que, depuis son lancement, en 2010, le SBM Scholarship Scheme a permis à quelque 2 250 jeunes d’entreprendre des études tertiaires à Maurice. « Nous sommes fiers de cette réalisation », a-t-il déclaré, ajoutant que la SBM a su démontrer qu’elle est un « equal opportunity employer », un « empowering employer ».

Dans un autre ordre d’idées, Kee Chong Li Kwong Wing a parlé de la réussite de la SBM en tant que « retail bank », ajoutant que l’avenir repose désormais sur la diversification dans des activités non bancaires, l’expansion des opérations à l’étranger et la numérisation des services. Il s’est particulièrement réjoui du fait que la SBM soit devenue la première institution étrangère à avoir obtenu un permis de « wholly-owned subsidiary » en Inde. Il a également fait état de l’implantation de la banque au Kenya après le rachat de la Fidelity Bank et, bientôt, d’une partie du bilan de la Chase Bank.

Andrew Bainbridge a soutenu qu’il est important de s’assurer que la stratégie du groupe bancaire soit basée sur les besoins de la clientèle. La digitalisation est tout aussi cruciale, dit-il, car il s’agit de rendre la tâche des clients plus facile quand ils doivent opérer des transactions avec le groupe bancaire. Parlant de l’internationalisation des opérations, il a fait référence aux incursions sur les marchés indien et kényan, ajoutant qu’il faut « poursuivre dans cette direction » et tout en souhaitant que, dans le cadre de sa stratégie d’internationalisation, le groupe veille à la consolidation des liens avec Maurice. « I am very excited to be here », a déclaré Andrew Bainbridge, qui dit soutenir pleinement le programme de bourses d’études mis en place par la SBM. « J’ai travaillé pendant 30 ans dans le monde bancaire, couvrant trois continents et une vingtaine de pays. Je n’ai jamais vu un programme pareil qui suscite autant d’intérêt », a-t-il observé.

Selon les critères d’éligibilité établis par la SBM Foundation, un candidat pour une bourse d’études doit avoir au préalable été accepté dans une des institutions tertiaires reconnues par la Tertiary Education Commission. Les revenus mensuels de ses parents ne doivent en outre pas dépasser Rs 15 000. Un candidat dont la famille figure sur le « social register » est éligible.