Les dix sportifs ayant bénéficié de bourses de perfectionnement de l’État passeront les prochains mois à l’étranger. C’est en effet la durée sur laquelle s’échelonnera dans un premier temps leur bourse qui, rappelons-le, s’inscrit dans le cadre de leur préparation aux 9es Jeux des îles de l’océan Indien que La Réunion va accueillir en 2015.
Pour que cette démarche soit plus profitable aux sportifs, faut-il qu’elle soit renouvelée chaque année d’ici à l’échéance. Autrement, l’initiative ressemblera de loin à un coup d’éclat, creux et gonflé par les médias… Surtout lorsqu’on sait que, par exemple, les centres de perfectionnement de haut niveau (HLPC) qui existent en Jamaïque (sprint) et celui spécialisé en saut à Cuba sont opérationnels jusqu’à la fin de juillet.
« Certains d’entre eux pourraient rester à l’étranger jusqu’à la fin de l’année alors que d’autres vont rentrer en juillet. Le problème est qu’on arrive en retard. Les sportifs n’ont quand même rien à perdre. Mais pour 2013, il faudrait faire l’annonce des bourses déjà en août 2012 pour la rentrée prévue en septembre 2012. Il nous faut nous aligner avec ce qui se fait au plan international et être aux normes », avoue Michaël Glover, Chief Executive du Trust Fund for Excellence in Sports et membre du comité technique de sélection des bourses de perfectionnement présidé par le secrétaire permanent au ministère de la Jeunesse et des Sports, Virendra Kumar Daby, Ram Lollchand, président de l’Unité sportive de haut niveau (HLSU), et Khemraj Naiko, conseiller au MJS.
La plupart des dix boursiers, qui viennent de l’athlétisme (3), du badminton (2), judo (2), boxe (1), tennis (1) et triathlon (1), devraient bientôt rejoindre leur centre à l’étranger alors que certains d’entre eux se trouvent déjà sur leur lieu d’entraînement. À l’image de la tenniswoman, Emmanuelle de Beer qui est retournée depuis janvier à la prestigieuse Académie de Nick Bollettieri, maintenant plus connue comme la IMG Tennis Academy, en Floride. Il est en de même de la triathlète Fabienne St Louis, qui entame sa 5e année au Club de Lagardère Racing Paris. Mais dans son cas, cette bourse lui est offerte pour l’aider à décrocher cette année même sa qualification olympique pour Londres (27 juillet-12 août).
Reste que les dix boursiers n’ont pour l’heure aucune contrainte scolaire. C’était d’ailleurs l’une des conditions retenues par le comité technique de sélection, précise Khemraj Naiko, aussi attaché comme entraîneur de saut à l’Association mauricienne d’athlétisme.
Au pays d’Usain Bolt avec Glen Mills
Mary-Jane Vincent bénéficiant déjà du soutien financier spécial du Comité national olympique dans le cadre de sa préparation pour une qualification olympique, c’est Thierie Ferdinand qui a été retenu avec Jonathan Permal pour le centre IAAF de Jamaïque, tandis que le triple-sauteur Darren Paul partira au pays de Fidel Castro.
Selon Michaël Glover, Glen Mills, qui est nul autre que l’entraîneur du grand Usain Bolt, pourrait de temps à autre passer en revue les deux sprinters mauriciens. « Nous avons eu une conversation en ce sens avec le représentant international de l’IAAF », assure-t-il.
Darren Paul ne sera pas en reste puisque « Alberto Juantorena, que nous avons personnellement contacté, a dit qu’il aura un regard paternel sur Darren durant son stage à Cuba. » Ancien vice-ministre des Sports cubain, Juantorena s’impose toujours comme étant l’unique coureur au monde à avoir réalisé l’exploit d’un doublé 400-800 m aux Jeux Olympiques, à Montréal en 1976.
Darren Paul a terminé en décembre ses études au Mauritius Institute of Training and Developpement (MITD) tandis que Thierie Ferdinand a achevé la première partie de sa formation en Information Technology (IT) à Ébène. Il devrait poursuivre ses cours en septembre. Les deux sprinters partiront pour quatre mois de stage.
Concernant Emmanuelle de Beer, son père avoue qu’elle a fait son choix très tôt de devenir une joueuse professionnelle. « Pour elle, les études passent en second plan et nous faisons tout ce qui est possible académiquement pour elle. On essaie d’insérer les études à son programme. Cette bourse vient au bon moment et nous en sommes extrêmement reconnaissants envers l’État et les instances sportives. Pour l’heure on ne sait si elle sera renouvelée. Mais elle offre aux sportifs ambitieux la possibilité d’aller loin et d’être soutenus. Autrement, c’est difficile », fait ressortir Philippe de Beer. Emmanuelle de Beer avait passé plusieurs semaines d’entraînement et de formation courant octobre, novembre et décembre en Floride.
S’agissant des deux badistes Kate Foo Kune et Christopher Paul, ils sont déjà arrivés au New Vision Training Centre en Malaisie depuis lundi et ont eu leur première séance d’entraînement mercredi. Membre du TFES, Kate Foo Kune a complété avec succès sa scolarité au collège BPS, alors que Christopher Paul a laissé tomber ses études à l’université de Maurice après six mois de cours pour se consacrer totalement au badminton. L’ex-DTN de l’Association mauricienne de badminton, le Malaisien Venu Gopal, a été informé de leur arrivée. « On lui a demandé de jeter un coup d’oeil sur les deux jeunes », a indiqué Michaël Glover.
Le boxeur Didier Cornet, médaillé de bronze aux Jeux du Commonwealth Jeunes à l’île de Man l’an dernier, a complété sa formation à l’IVTB et rejoindra un centre de haut niveau en France ou en Angleterre. Quant aux judokates Annabelle Laprovidence et Audrée Catherine, elles s’entraîneront et se perfectionneront à l’Institut national de judo en France, si possible jusqu’à la fin de l’année.