L’objectif est d’être la meilleure équipe de l’océan Indien à l’issue de ces 8es Jeux. Pour ce faire, souligne l’entraîneur national, Judex Bazile, il faudra remporter au minimum cinq médailles d’or. Ce qui demeure dans le domaine du possible au vu de la préparation des boxeurs au cours de ces derniers mois et de la prestation mauricienne aux championnats d’Afrique disputés récemment au Cameroun (trois médailles d’or et une d’argent).
L’entraîneur national est confiant que les boxeurs sauront se montrer à la hauteur des espérances dans une semaine à Mahé. Car depuis plusieurs mois déjà, les boxeurs se sont donnés à fond, que ce soit lors des entraînements locaux ou lors des stages et compétitions à l’étranger. « Nous avons une bonne préparation et ce stage que nous effectuons actuellement au Botswana nous sera bénéfique. Cela nous permettra d’apporter les dernières retouches à la préparation », déclare-t-il.
D’autre part, Judex Bazile s’est dit satisfait de ce qui a été accompli jusqu’ici, d’autant, dit-il, que les boxeurs ont connu une très longue préparation. En effet, après les Jeux du Commonwealth de septembre dernier, à New Delhi en Inde, les boxeurs ont été constamment pris dans des stages et tournois. 
Du reste, le dernier tournoi au programme a pris fin à la mi-décembre avec la Coupe d’Afrique des Nations. Ceux qui n’ont pu participer à ces compétitions ont continué à travailler avec le même sérieux et la même détermination. Depuis janvier, ces boxeurs ont été appelés à participer à un stage de dix jours à Madagascar.
Par la suite, Ludovic Bactora (-52 kg) et Richarno Colin (-64 kg) ont pris part à la Bocksai Cup en février, en Hongrie, avec à la clé une médaille d’or pour le dernier nommé. En avril, tout le groupe a participé à une tournée en Inde, avant de mettre le cap sur le Botswana pour participer au premier tournoi de la Zone 4. Ensuite, Ludovic Bactora, Richarno Colin et James Kennedy St Pierrre (-69 kg) ont décroché l’or aux championnats d’Afrique, alors que Bruno Julie (-56 kg) a lui décroché l’argent.
Judex Bazile ajoute que le fait que la préparation a été longue, les boxeurs ont, par moment, manqué de concentration. « Il y a eu un relâchement et là, il a fallu les pousser pour les relancer. » Selon lui, le comportement des boxeurs a été exemplaire et il dira que la confiance est de mise. 
« Au niveau continental et international, nos boxeurs sont en train de bien faire. Mais il n’y a qu’une partie qui est exposée à ce niveau. C’est la raison pour laquelle je dis que préparer dix boxeurs est beaucoup plus difficile. L’objectif est d’être la meilleure équipe aux Jeux. Nous avons fait le maximum pour l’atteindre. Pour ce faire, il faudra au minimum remporter cinq médailles d’or. Cela ne veut en aucun dire qu’on s’arrêtera là. Sans diminuer le mérite de nos adversaires, nous ferons tout pour aller le plus loin possible et remporter le maximum de médailles d’or. »
Selon Judex Bazile, l’ambiance au sein du groupe est formidable. Ce qui le réjouit encore plus, c’est la solidarité voire le dévouement de tout un groupe, y compris les remplaçants. Ces derniers, dit-il, continuent d’assister aux entraînements, permettant ainsi aux titulaires de bénéficier de conditions optimales. « Je salue la détermination de ces boxeurs. Ce sont tous des jeunes très motivés et ce, même s’ils savent que leurs chances de participer aux Jeux sont très minimes. »
D’autre part, l’entraîneur national se réjouit de la tenue de ce stage actuellement au Botswana. Car, selon lui, les conditions de travail sont idéales. Qui plus est, les boxeurs n’ont pas chômé depuis leur arrivée à Gaborone le 19 avec un premier test-match disputé dans l’après-midi. Selon Judex Bazile, c’était fait exprès pour voir la réaction des boxeurs dans un état de fatigue. « Malgré la fatigue, ils se sont très bien tirés d’affaire. J’estime que le travail qui a été effectué à Maurice les a grandement aidés. »
De plus, les boxeurs mauriciens ont eu l’occasion de mettre les gants à l’issue de plusieurs test-matches et d’affronter plusieurs boxeurs de différents styles. Ce qui est nettement à leur avantage à l’approche d’une compétition comme les Jeux des îles où ils rencontreront des boxeurs de différents pays. Qui plus est, les boxeurs sont soumis à un travail intensif, alors que ceux ne faisant pas leur poids ont été contraints de s’entraîner le dimanche matin.