Le boxeur Richarno Colin (-64 kg) a bénéficié d’une bourse de Perfectionnement auprès de l’État à travers le TFES (Trust Fund For Excellence in Sports) pour suivre un stage d’une année à l’INSEP, centre de haut niveau basé à Paris, en France. Il nous revient toutefois que le principal concerné n’est pas disposé à se rendre en France tout de suite comme l’exige le protocole, mais se dit tout de même prêt à le faire, en janvier prochain. La raison avancée serait d’ordre familiale. Week-End a voulu avoir l’avis de l’entraîneur national, Judex Bazile, sur la question et il a été catégorique: « Richarno Colin doit partir tout de suite, car cela ne vaut pas la peine de faire le déplacement en janvier », a-t-il déclaré.
L’entraîneur national, qui s’accorde actuellement un temps de repos, a suivi cette affaire de très près depuis qu’il a appris la nouvelle. Il n’a du reste pas caché son étonnement par rapport à la décision du boxeur de ne pas mettre le cap sur Paris tout de suite, alors que la préparation a déjà démarré en France depuis le 1er octobre. « La décision de Richarno Colin m’a beaucoup surpris. S’il veut réaliser une bonne saison 2013 et avoir des résultats très tôt, il est impératif qu’il parte tout de suite. Après les Jeux olympiques (août),il s’est accordé un bon repos avant d’être en repos actif. Selon mon expérience, c’est le bon moment pour reprendre les entraînements de haut niveau, afin de se remettre dans le rythme », a déclaré Judex Bazile.
Selon lui, si Richarno Colin part en janvier, il aura trois mois de retard, ce qui sera alors énorme, donc difficile à rattraper. « Si Richarno Colin part en janvier, cela lui sera néfaste surtout avec les festivités de fin d’année qui débutent tôt et se terminent tard à Maurice. De plus, il ne sera pas sur la même longueur d’onde que les autres boxeurs à l’INSEP. Ils ne travailleront définitivement pas sur le même programme dans le sens où Richarno Colin sera lui en retard. C’est la raison pour laquelle j’estime que ce sera peine perdue de mettre le cap sur Paris en janvier », a précisé Judex Bazile. Ce dernier a ajouté qu’il parle en tant qu’entraîneur national et technicien et voit les choses sous cet angle.
L’entraîneur national a rappelé que déjà en janvier de l’année dernière, il mettait l’accent sur l’importance de terminer la saison tard et de démarrer la nouvelle très tôt. Il rappelle du reste qu’en octobre 2009, Richarno Colin avait participé aux Jeux du Commonwealth en Inde, avant de participer à un stage en Inde et à la President’s Cup, en Azerbaïdjan, pendant la période novembre-décembre. Le boxeur avait ensuite enchaîné tôt en janvier 2010 avec un stage en altitude à Madagascar et un stage à l’île de La Réunion avant de participer  début de février à la Bocksaï Cup en Hongrie. « Richarno Colin avait remporté la médaille d’or à cette compétition. Cela démontre que lorsqu’on entame sa préparation très tôt, on a très vite des résultats. Mais si on commence tard, c’est sûr que nous devrons attendre pour avoir des résultats », a-t-il souligné.
Par ailleurs, Judex Bazile a dit beaucoup apprécié ce que fait le TFES actuellement pour les jeunes sportifs. Ce qui lui fait plaisir le plus, c’est qu’avec le programme du TFES, Maurice se positionne comme les pays l’Europe et des autres continents, qui entament leur préparation à partir de septembre-octobre. L’entraîneur national a dit aussi apprécié que l’autre boxeur, à savoir Didier Cornet (18 ans), autre bénéficiaire d’une bourse de Perfectionnement, a lui déjà mis le cap sur le centre de Nancy pour une formation d’une année, sous la direction de Dominique Nato, ancien entraîneur national et directeur technique national de l’équipe de France. « Didier Cornet a faim de succès. Il a beaucoup d’envie et c’est vraiment très bien qu’il a déjà mis le cap sur Nancy pour se concentrer sur sa carrière », a conclu Judex Bazile.