Dans exactement deux mois, la boxe mauricienne sera face à son destin. Au Maroc, les Mauriciens joueront leur dernière chance qualificative en vue des Jeux Olympiques de Londres.
Les championnats nationaux Elite tenus de jeudi à dimanche dernier à Vacoas auront permis au staff technique d’avoir des repères et de se faire une idée plus précise des protagonistes en vue de l’échéance continentale. Le stage en commun avec les Botswanais et les Seychellois dans une quinzaine de jours permettra alors d’apporter les réajustements nécessaires.
L’entraîneur national, Judex Bazile, demeure conscient que le plus difficile ne fait que commencer. « C’est maintenant que débute le travail. Dorénavant, les boxeurs auront à faire preuve de plus de régularité et d’assiduité aux séances d’entraînement. D’ailleurs, nous aurons bientôt des séances biquotidiennes et le stage en commun permettra de voir leur comportement à travers des test-matches. »
Reste qu’il affiche une certaine satisfaction à l’issue de ces championnats nationaux, d’autant que plusieurs finalistes ont eu à livrer quatre combats sur quatre jours. D’où un premier constat. « Ce n’était pas réellement évident, car certains se situent encore au niveau régional. Il leur était donc difficile de reproduire leurs performances en raison également de la chaleur. Toujours est-il qu’il fallait savoir gérer, malgré l’intensité des combats et surtout la présence de la scoring-machine. »
Judex Bazile met également l’accent sur la progression des jeunes, à l’instar de Yannish Humpersad, Jonathan Ramchurn, Olivier Laverdure et autre Didier Cornet, qui s’en sont tous sortis avec les honneurs. « Ce sont des jeunes qui sont dans le circuit depuis un certain temps et qui font montre d’une progression constante. Le travail sur la durée paie finalement. »
Il n’empêche que l’entraîneur national maintient que cette nouvelle garde ne doit pas avoir la grosse tête pour autant. « Par exemple, Jonathan Ramchurn n’a pas employé la bonne tactique, alors qu’il menait nettement au score. Il a été emporté par sa pulsion et cela aurait pu lui coûter cher face à Jonathan Sutton. De son côté, Olivier Laverdure doit être plus précis dans ses coups, alors que Didier Cornet a paru crispé. »
Il existe également des raisons d’espérer avec d’autres boxeurs qui ont soutenu la comparaison au cours de cette compétition. C’est ainsi que Judex Bazile avoue avoir apprécié les bonnes dispositions affichées par Lendo Samoisy, battu de peu par le chevronné France Augustin en quarts de finale de la catégorie -75 kg, par Merven Clair qui a rendu la tâche de John Colin difficile en finale des -60 kg, de Mohammud Meerun qui ne s’est pas affolé sur le ring, tout en dégageant un certain potentiel et à un degré moindre par Dick François. « Les seconds couteaux ont montré le bout du nez et, désormais, il s’agira de mieux les cerner », soutient-il.
Au cours de ces championnats, les regards étaient également braqués sur James Agathe, qui effectuait la transition vers la boxe anglaise. Un premier pari réussi certes, mais Judex Bazile demeure d’avis que l’ancien champion de kick-boxing doit encore s’améliorer au niveau tactique.
Il s’agira maintenant que le groupe soit au complet dans cette étape cruciale au niveau de la préparation. Exemptés des championnats nationaux, Bruno Julie reprend graduellement le chemin de la compétition après blessure, Richarno Colin soigne une douleur à la main, tandis que Kennedy St. Pierre multiplie les efforts pour éliminer un excédent de poids.
Une réunion tenue hier a mis les boxeurs davantage devant leurs responsabilités. Le droit à l’erreur n’est plus permis.