Kennedy St Pierre ne se retrouvera pas sur le podium olympique. Tous les espoirs de l’île Maurice sportive ont été anéantis tôt ce matin au Pavillion 6 of Riocentro suite à la défaite du boxeur mauricien lors de son duel des quarts de finale de la catégorie -91 kg face au redoutable Kazakh Vassily Levit. Ce dernier, fort de son expérience acquise lors des combats comptant pour les World Series of Boxing (WSB), a fait la différence aux points (30-27), après que les trois juges ont tranché en sa faveur au cours des trois rounds.
Il faudra patienter encore quatre longues années avant de voir un sportif mauricien décrocher une médaille olympique, émulant ainsi Bruno Julie. Après sa victoire à l’arraché en quarts de finale face à l’Algérien Chouaib Bouloudinats, Kennedy St Pierre semblait avoir les arguments voulus pour aller jusqu’au bout de son rêve. Il a finalement tout donné au cours de ce combat crucial et sa déception était sans doute immense à l’annonce du verdict.
Reste que son entraîneur, Judex Bazile, persiste à croire qu’il a fait la différence. « À mon avis, Kennedy a définitivement remporté ce combat. Il s’est montré plus précis, tout en livrant un combat tactique, sans être parfait. Je ne suis certainement pas mauvais perdant, mais peut-être que les juges ont été influencés par la réputation du Kazakh. D’ailleurs, au moment du verdict, le coin de ce dernier paraissait assez soucieux ».
Mais voilà, Vassily Levit a sans doute su faire parler son expérience pour faire pencher la balance en sa faveur. Lui qui a quasiment tout écrasé sur son passage au niveau de la WSB, avec quatorze succès, dont sept avant la limite, en quinze sorties. Sa seule défaite ayant été concédée de justesse face au Cubain Erislandy Savon, soit l’adversaire qu’il défiera en demi-finales samedi. Le duel s’annonce déjà explosif.
Pour en revenir au combat du Mauricien, il a su mettre en pratique la tactique préconisée par ses entraîneurs, c’est-à-dire évoluer avec le bras avant, près du Kazakh, pour ensuite tenter des enchaînements. Toutefois, Levit, faisant preuve de beaucoup de calme, a sans doute fait montre de plus de précision. Le fait de remporter cette première reprise à l’unanimité des juges ne pouvait que le mettre davantage en confiance et surtout en position de force.
À l’entame de la deuxième reprise, Kennedy St Pierre consentait à encore plus d’efforts, avec notamment des accélérations. Le combat gagnait alors en intensité, mais le Kazakh, sans doute plus efficace dans ses enchaînements, obtenait de nouveau la faveur des trois juges. La situation était alors des plus compliquées pour le boxeur mauricien qui, malgré la fatigue, tentait l’exploit.
Face à un St Pierre qui se livrait à fond, Levit se contentait de contres. Même à ce jeu, il remportait ce troisième round. St Pierre quittait alors la compétition la tête haute, avec le sentiment d’avoir tout donné et sans regret. « Je compte revoir le film du combat cet après-midi, mais je suis certain que Kennedy a pris le moins de coups possible. Il a fait le maximum et son adversaire a terminé le combat nettement plus épuisé que lui », relate encore Judex Bazile.
Après trois mois de stage à Cuba et cette échéance olympique, Kennedy St Pierre devra se fixer d’autres objectifs dans les mois à venir. L’assistant-entraîneur national, Richard Sunee, voit ainsi l’avenir du boxeur : « À 23 ans, il aura certainement d’autres opportunités de participer à des éditions des Jeux Olympiques. Toutefois, il devra privilégier les stages à l’étranger et maintenir une bonne hygiène de vie. Avec son potentiel, il pourra continuer à viser d’autres sommets. »
Place maintenant aux demi-finales de cette catégorie. La hiérarchie a été respectée, avec les boxeurs aux trois premiers rangs qualifiés pour ce stade de la compétition. Seul l’Azéri Abdulkadir Abdullayev, n°4, manquera à l’appel, ayant été battu par l’Ouzbek Rustam Tulaganov.