Si Bruno Julie a pu briller au plus haut niveau dans la catégorie -56 kg, Jordy Vadamootoo, 23 ans, s’apprête à se mettre sur ses pas. Fort d’un titre de champion d’Afrique acquis dimanche dernier au Congo-Brazzaville dans cette catégorie, le boxeur du comité régional de Quatre-Bornes a effectué son entrée dans la cour des grands. Aux championnats du monde à Hambourg vers la fin du mois prochain, il fera face à un test grandeur nature. Toutefois, l’expérience face aux cadors de cette discipline méritera d’être vécue.
« Le titre m’intéresse », nous confiait-il au lendemain de son sacre pour le moins inattendu aux derniers Jeux des îles de La Réunion en 2015. Toutefois, par manque de maturité à ce niveau et de frottements, Jordy Vadamootoo devait prendre la porte de sortie dès le premier tour des championnats d’Afrique tenus alors au Maroc. Ce ne sera finalement que partie remise pour le pugiliste qui, paradoxalement, n’a pas été de la fête lors des divers championnats nationaux. Finaliste malheureux en 2014, demi-finaliste l’année suivante, lauréat en 2016 et de nouveau finaliste malheureux cette année. Certes, il avait cette fois grimpé de catégorie et avait trouvé sur sa route John Colin, qui règne en maître chez les -60 kg depuis quelques années déjà.
De retour dans sa catégorie de prédilection, voilà Jordy Vadamootoo qui écrit une belle page de sa jeune histoire. « Je me sens nettement plus à l’aise dans cette catégorie. Avant mon déplacement pour le Congo-Brazzaville, je m’étais fixé comme objectifs le titre et la qualification. Je suis heureux d’avoir pu les atteindre. » Une double satisfaction qu’il dédie à son entraîneur Roberto Ibanez, qui a su le motiver à fond, aux autres membres du staff technique et à tous ceux qui ont cru en lui. Sans oublier ses parents, de qui il fait actuellement la fierté. « L’ambiance au sein du groupe m’a aussi permis de me surpasser », ajoute-t-il.
Certes, la route vers la consécration n’a guère été de tout repos, avec par exemple ce succès à l’arraché (3-2) aux dépens du Sud-Africain Mbekeshi dès les huitièmes de finale. « Tous les combats étaient difficiles. Toutefois, au fil de la compétition, j’ai pris confiance en mes possibilités. Qui plus est, la préparation adéquate a porté ses fruits. » Même si Jordy Vadamootoo a su justifier les espoirs placés en lui, tout en jouant sur l’élément de surprise, il demeure conscient qu’il ne faudra pas brûler les étapes. La route pour rejoindre son glorieux aîné sera semée d’embûches et il lui faudra faire montre de persévérance, de discipline et de volonté afin d’atteindre d’autres sommets.