Pas de réelle surprise lors des finales des championnats nationaux Elite de boxe tenues samedi dernier au Centre de boxe à Vacoas. Les favoris ont émergé, à l’image des Donovan Gérie, Jordy Vadamootoo, John Colin, Jean-Luc Rosalba et Christopher Alberte. Reste que tous les combats au niveau masculin sont parvenus à la limite. Par contre, lors d’un des deux combats féminins, Ansooya Tonta a forcé la décision en sa faveur dès la deuxième reprise.
La palme de meilleur boxeur est revenue à Jordy Vadamootoo, qui confirme ses bonnes dispositions après sa médaille d’or acquise aux Jeux des îles l’année dernière. Opposé à Stephano Jolicoeur, le Quatre-Bornais a certes dominé son sujet, mais est parfois tombé dans une certaine facilité. « C’est un gars sérieux qui ne cesse de progresser. Toutefois, il devra faire montre de plus d’agressivité », reconnaît le conseiller technique, le Cubain Roberto Ibanez.
Du côté féminin, cette récompense est revenue à Laëticia Ramdamy. Face à Isaura Ratna, qui a déjà fait ses armes au niveau international, la pugiliste de Curepipe a été plus percutante tout au long des quatre rounds et a su résister à un retour tardif de son adversaire. « Elle était au-dessus du lot. Toujours est-il que le niveau était moyen », fait ressortir Roberto Ibanez.
Quant au trophée récompensant la meilleure région, il est revenu à Savanne, qui s’est adjugé deux médailles d’or par l’entremise de Donovan Gérie et Jude Reynolds. Le premier nommé, qui prépare la dernière épreuve qualificative pour les Jeux Olympiques de Rio, a multiplié les enchaînements pour repousser le challenge de Yohan Chette.
Jude Reynolds, s’est pour sa part imposé face à Ludovan Maurer, compté lors des 2e et 3e rounds, et plâtré à l’issue du combat. Il faudra également noter la bonne prestation des représentants de Rodrigues, à l’instar d’Olivier Collet et Jean-François Ravanne, qui se sont retrouvés sur la plus haute marche du podium. Le premier nommé devrait se montrer encore plus performant, pour peu qu’il s’améliore aux niveaux technique et tactique.
Par contre, Jean-Luc Rosalba n’a pas eu les coudées franches pour mettre à la raison un surprenant Allan Mackair. Ce dernier s’est montré résistant et Rosalba a dû mettre en avant toute son expérience pour faire la différence. Quant à John Colin, il s’est surtout concentré sur des coups au corps pour s’imposer face à Olivier Laverdure, qui a manqué de précision dans ses tenatatives.