Battu sur le fil (8-9) par Cédric Olivier au cours de l’édition 2013 des championnats nationaux Elite de boxe, Kennedy St Pierre a su savourer sa revanche. Lors de la finale de la catégorie -81 kg tenue samedi dernier dans la cour de la municipalité de Curepipe, le boxeur de la capitale a su ajouter la manière en expédiant son adversaire au tapis grâce à un crochet à l’arcade sourcilière droite dès la première reprise. Ce succès acquis avant la limite aura été un des hauts faits d’armes de cette compétition à l’issue de laquelle Merven Clair de la catégorie -69 kg a acquis la palme de meilleur boxeur.
Dernier combat de l’après-midi, le duel St Pierre/Olivier promettait à coup sûr des étincelles vu que les deux pugilistes se tenaient de près. Toutefois, le premier nommé a misé à fond sur la puissance et un de ses crochets a fait mouche. Un succès qui comblait de joie son entraîneur régional, Gaëtan Runghien. « Kennedy a prouvé qu’il demeure un guerrier. Hier, à la pesée, il accusait un surplus de cinq kilos et a ainsi du consentir à des exercices poussés pour pouvoir faire respecter son poids ».
Quant au principal concerné, il s’attend désormais à des lendemains meilleurs. « C’était un combat revanche et j’ai misé sur ma force pour faire la différence. C’est sûr que vous retrouverez le Kennedy de 2011, soit celui qui avait obtenu l’or aux championnats d’Afrique et aux Jeux d’Afrique. Afin d’être performant aux Jeux du Commonwealth, qui demeurent mon objectif de la saison, j’espère m’aguerrir à travers des stages et des compétitions ».
L’autre combat attendu était celui mettant aux prises Merven Clair à Jean-Luc Rosalba. Au bout du compte, le premier nommé a confirmé son succès acquis lors du gala tenu à Roche Bois en décembre de l’année dernière. Et ce, à l’issue d’un duel acharné au cours duquel Clair s’est montré entreprenant lors des deux derniers rounds. « Je m’étais préparé adéquatement pour cette compétition et je suis demeuré appliqué et concentré pour la finale », signalera ce boxeur originaire de Pompée à Rodrigues. Neveu d’Hervey Clair, médaillé d’or aux Jeux des îles de 1998, il aspire désormais à suivre ses traces. Rosalba, qui laisse échapper son titre, Ludovic Bactora et John Colin ont par contre conservé leur bien. Bactora a pris la mesure d’Olivier Laverdure, tandis que le cadet des frères Colin a forcé Bathelino Bancal à l’abandon dès la première reprise.
Reste que cette compétition a été quelque peu tronquée par le fait que quelques boxeurs avaient un excédent de poids à la pesée en matinée. Fleurot Louis, Olivier Laverdure et Rodney Prosper étaient ainsi automatiquement disqualifiés, et la même sanction s’appliquait pour Yanish Hurpersad, qui s’était de son côté présenté en retard à la pesée. Cependant, ils pouvaient disputer leurs finales respectives pour l’honneur, alors que leurs adversaires, à savoir Donovan Gérie, Ludovic Bactora, Noorman Meerun et Jonas Arlanda décrochaient les titres nationaux. De ce fait, Yannish Hurpersad et Rodney Prosper, vainqueurs, pouvaient nourrir bien des regrets.
Il faudra également noter le succès de l’expatrié Hussein Mohungoo, qui a repoussé le challenge de Kenny Pottier, tandis que Michael Nampoongah a fait la différence dès le round initial aux dépens de Kevin Ramen.
Par contre, le succès de l’inattendu Marcus Amène face à Aniel Lisette n’a pas été du goût de l’entraîneur de ce dernier. « Mon boxeur a été pénalisé de par le manque de maturité de certains juges. Ces derniers se sont laissé influencer par le public. Il est nécessaire à mon avis d’avoir des juges plus aguerris pour des compétitions de ce niveau », soulignait Mandino Farla.