Le président de l’Association mauricienne de Boxe (AMB), Indiren Ramsamy, entouré de ses membres, a tenu une conférence de presse, vendredi au centre Marie Reine de La Paix à Port-Louis, afin de donner la réplique à l’ancien président de l’AMB et membre du comité régional de Savane, Pascal Telvar, aussi bien qu’à l’ex-assistant trésorier et représentant du comité régional de Beau-Bassin/Rose-Hill, Roméo Caliste. Indiren Ramsamy a ainsi réfuté, point par point, sur ce qu’il a qualifié « d’allégations non fondées » faites à l’encontre de l’AMB et de sa personne.
Le président de l’AMB a d’emblée tenu à préciser qu’il n’est nullement de son intention de critiquer Pascal Telvar et Roméo Caliste, mais souhaite tout simplement « remettre les choses à leurs places ». Il affirme que « nous avons été élus pour construire et non détruire ». Selon lui, Pascal Telvar a questionné les finances de la fédération, notamment pour ce qui est du compte de la fédération à la MCB. Il a indiqué que ce compte est demeuré intact et affiche, une balance de Rs 168 925 à juin 2017. À ce titre, le trésorier de la fédération, Guilbert Matona, représentant de Rivière Noire, a indiqué que ce compte n’est pas actif et affichait Rs 159 803 à décembre 2015. À décembre de l’année dernière, le total était Rs 168 925.
Indiren Ramsamy s’est ainsi demandé comment Pascal Telvar a pu soutenir que ce compte ne renfermait pas beaucoup d’argent. « J’aurais bien pu aller de l’avant avec une plainte à la police, car ces allégations ont fait du tort à la fédération. Il n’empêche qu’il était important de rétablir les faits, d’autant que cela risque de jouer contre nous dans nos diverses démarches pour trouver des sponsors. Et ce sont les boxeurs qui seront pénalisés. Roméo Caliste, qui était assistant-trésorier, n’était-il pas au courant que ce compte est inactif ? », a-t-il questionné.
Allocations aux entraîneurs
Il a ajouté aussi ne pas comprendre la démarche de Roméo Caliste, lequel a vanté le bon travail effectué par l’actuel comité dans sa lettre de démission, et aussi indiqué que la révision à la hausse des allocations aux entraîneurs et aussi de la MBC Boxing Tour sont des idées de Pascal Telvar. Sur demande du président, le secrétaire Jacques Couttee, a produit un procès-verbal d’avril 2014, dans lequel Indiren Ramsamy, alors simple membre de la fédération, avait interpellé le président de l’époque, Pascal Telvar, sur ces allocations. « Indiren Ramsamy avait alors proposé un réajustement, car il trouvait indigne la somme allouée aux entraîneurs », a-t-il déclaré.
Indiren Ramsamy a ajouté qu’aussitôt élu, il a fait le nécessaire pour respecter sa parole. Pour ce qui est du MBC Boxing Tour, Guilbert Matona a précisé que c’est lui « personnellement » qui avait fait la proposition, il y a quatre ans de cela, alors qu’il n’était pas encore membre de la fédération. « Lorsqu’Indiren Ramsamy a été élu président, il a, lors de notre première réunion, demandé à chaque membre de venir avec une idée dans l’esprit de faire progresser la boxe. C’est donc à ce moment que j’en ai fait la proposition qui a été acceptée », a-t-il déclaré.
Le président de l’AMB a donc trouvé « inélégant » qu’aujourd’hui Pascal Telvar déclare la paternité de ces projets. « Je n’arrive pas à comprendre comment Pascal Telvar puisse dire que je suis un homme à tout faire et que je ne partage pas les responsabilités. Il devrait se poser la question alors qu’il était président. De plus, il affirme qu’il y a un sentiment de frayeur sur la boxe. Tout cela n’est que fausseté et il n’y a qu’à le demander aux membres », a-t-il souligné. Gérard Louis a lui soutenu les dires de son président tout en précisant que « depuis toutes ces années que je fais partie de la fédération, c’est la toute première fois que les responsabilités sont partagées. »
Critiques « injustifiées »
À ce titre justement, Indiren Ramsamy a précisé que Roméo Caliste faisait partie de l’équipe responsable des équipements, mais aussi des licences. « Franchement, je ne comprends pas la démarche de ces personnes. Cela me fait rire », a-t-il avancé. Parlant du manque de considération évoqué par Pascal Telvar, Indiren Ramsamy a déclaré que ce n’est pas lui qui décide du recrutement des boxeurs pour intégrer le Pôle Espoir, mais bien le directeur technique national (Roberto Ibanez Chavez). « Pour intégrer le Pôle, le DTN s’est basé sur les performances aux Jeux des Jeunes. Des jeux où Savane était représentée par huit boxeurs, tous éliminés en quart de finale. Je ne dis pas qu’ils n’ont pas le niveau, mais il y a quand même des critères à respecter », a-t-il expliqué.
Parlant du rôle du DTN, Indiren Ramsamy est d’avis qu’il ne devrait pas uniquement se limiter à la sélection nationale, mais devrait aussi s’occuper de la formation des entraîneurs, entre autres. « À ce que je sache, toutefois, Roberto, accompagné de Richard Sunee, s’est bien déplacé à Savane et à Rose-Hill l’année dernière pour superviser le travail », a-t-il précisé. Il est donc d’avis que « les critiques sont injustifiées », tout comme celles faites à l’encontre des performances de Maurice lors des derniers Championnats d’Afrique, où Maurice a remporté trois médailles (une en or, une d’argent et une de bronze).
Selon Indiren Ramsamy, Maurice a terminé quatrième derrière l’Ouganda, la Namibie et le Cameroun (champion) et estime que c’est une bonne performance. « Nous avons envoyé neuf boxeurs, car l’objectif reste les Jeux des îles de 2019. Tous les boxeurs doivent avoir la chance de participer à des compétitions de haut niveau pour progresser. Nous ne pouvons nous concentrer sur 3-4 boxeurs uniquement. Si on avait procédé ainsi, ce n’est pas sur qu’on aurait aujourd’hui des qualifiés pour les Championnats du monde », a-t-il précisé.
L’image de la fédération ternie
Le président de l’AMB a aussi justifié la décision de nommer Gino Paul à la tête du Pôle Espoir et comme assistant du DTN aux Championnats d’Afrique. Il a indiqué que l’entraîneur devait suivre un stage au Congo-Brazzaville du 6 au 16 juin dans le but d’avoir une étoile de la fédération internationale, mais avec la reprogrammation de la compétition, cela n’a pu se faire. « Toutefois, nous aurions bien aimé savoir si Pascal Telvar est lui détenteur d’une étoile. Si c’est oui, quand et où a-t-il eu cette étoile ? Était-ce quand il était président ? Car selon la Sports Act, un membre d’une fédération ne peut être à la fois entraîneur », s’est-il demandé.  
Le président de l’AMB a précisé ne pas s’ingérer dans les affaires des comités régionaux, mais s’il y a un problème, « la fédération doit intervenir ». Il ajoute : « Les problèmes ont commencé lorsque Bruno Julie a pris en main le club de Trèfles à Rose-Hill. Bruno Julie est quelqu’un pour qui nous devons avoir beaucoup de respect dans la mesure où il est le seul athlète à avoir offert à Maurice une médaille olympique. Mais comme je l’ai bien expliqué, il devra gravir les échelons pour espérer un jour devenir entraîneur national, dont j’estime qu’il a les capacités. Nous devons donc l’encadrer et, visiblement, cela ne semble pas plaire à tout le monde ». Pour lui, l’important est que tous les entraîneurs travaillent dans la même direction.
Concluant, Indiren Ramsamy a déploré la démarche de Pascal Telvar et de Roméo Caliste qui a, selon lui, « terni l’image de la boxe ». Et d’ajouter : « Pascal Telvar n’a même pas été élu lors des dernières élections. En quelle capacité peut-il venir parler de la fédération, alors qu’un bon travail est en cours. Quant à Roméo Caliste, s’il avait des doutes, il aurait dû demander des explications au lieu de faire des critiques non fondées ».