Les performances des boxeurs réunionnais lors de la dernière édition de la Coupe de l’océan Indien voilà deux semaines ont été loin d’être de qualité. Aucune médaille d’or n’a été acquise du côté masculin et il aura fallu la prestation de Maëva Morby et de Séverine Rivière pour sauver la mise.
Alors que quelques boxeurs ont pris la décision d’embrasser une carrière chez les pros et que d’autres ne donnent pas signe de vie aux séances d’entraînement, le staff technique veut miser la carte jeunesse dans l’optique des prochains Jeux des îles qui se dérouleront sur le sol réunionnais dans environ deux ans.
À la tête de la sélection de l’île soeur, Thierry Ramirez, assisté d’Alexis Blain et de Yasmina Lagarrigue, ne veut pas s’alarmer pour autant. Après le tournoi de Rodrigues en avril dernier au cours duquel ses protégés ont décroché trois médailles d’or, une d’argent et trois de bronze, il a organisé sept stages, notamment au Chaudron, au Port et à Saint-Pierre.
« Ils nous ont permis de cerner les potentiels. Tous les boxeurs qui sont dans cette sélection ont une chance réelle d’atteindre la finale aux prochains Jeux des îles », a confié Thierry Ramirez au Quotidien de la Réunion, à la veille du coup d’envoi de la Coupe de l’océan Indien. Une échéance au cours de laquelle il n’a pu compter sur les services de Cédric Péroumal et Bruno Bénard, tous deux blessés à l’épaule.
Reste que devant leur public dans deux ans, les boxeurs réunionnais auront à coeur de se surpasser et de réaliser une bien meilleure moisson que lors de la dernière édition aux Seychelles. Dans l’archipel, seuls Eric Dagard, vainqueur du Mauricien John Colin chez les -60 kg, et Brice Cadenet s’étaient retrouvés sur la plus haute marche du podium.
Mais voilà, Dagard ne devrait pas être en action aux prochains JIOI. « Il a pris une licence néopro et a peut-être d’autres ambitions. La boxe amateur n’a plus l’air de faire partie de ses priorités », explique Thierry Ramirez. Ce même cas de figure s’applique pour Wilfried Saint-Lys, tandis que Guillaume Mithridate, qui était en action lors des derniers championnats de France, et Brice Cadenet n’ont pas donné de leurs nouvelles depuis un certain temps déjà. Il en est de même pour Georges Castel, présent aux premiers regroupements et qui a par la suite disparu de la circulation.
Toutes ces défections n’affectent en rien Thierry Ramirez, qui applique donc un plan de reconstruction en faisant confiance aux jeunes, à l’image de Marcus Gévia, qui a étoffé son palmarès à travers un titre de champion de France Elite et qui devrait être le chef de file de la sélection de l’île soeur. Actuellement blessé, ce pugiliste n’avait pu être action à la Coupe de l’océan Indien. Le sélectionneur compte également sur Cédric Péroumal et espère apporter de l’expérience au sein de son groupe avec l’éventuelle présence de Mickaël Raymond. Pour rappel, ce boxeur avait participé aux Jeux Olympiques de Beijing en 2008.
Un amalgame jeunes-anciens qui apporte donc une certaine confiance au sein du clan réunionnais. Cet optimisme se traduit d’ailleurs par les propos de Jean-Claude Soopramanien, président de la ligue réunionnaise : « Un maximum de médailles d’or. » La barre est donc placée à très bonne hauteur.