En regagnant les vestiaires de la Villa Marina à l’île de Man, Didier Cornet ne peut retenir ses larmes. La déception est à son apogée pour ce jeune boxeur qui n’a pu accéder à la finale de la catégorie -49 kg lors de la dernière édition des Jeux du Commonwealth. La faute à sa coquille (appareil de protection du bas-ventre, obligatoire dans certains sports de combat).
Cet épisode malheureux restera gravé dans sa mémoire, mais la déception est atténuée par sa médaille de bronze, soit la seule obtenue jusqu’ici par un sportif mauricien dans cette compétition. Pourtant, la compétition avait débuté sous de bons auspices pour ce pugiliste de 17 ans, fraîchement auréolé d’une consécration aux championnats nationaux jeunes.
Opposé à Charles Keama de la Papouasie Nouvelle Guinée en quarts de finale, il fait la différence aux points (22-16). « Ce n’est qu’au deuxième round que j’ai pris le combat à mon compte », se souvient-il. Le podium déjà acquis, il vise plus haut, même si l’Anglais Jack Bateson s’annonce comme un dur à cuire. Reste que fort du soutien et des consignes de Richard Sunee, qui a d’ailleurs été à ses côtés depuis le début de sa jeune carrière, il est disposé à se jeter corps et âme dans la bataille.
Toutefois, le destin se veut cruel et il perd sa coquille après une minute de combat. Cet incident se reproduit une trentaine de secondes plus tard, et cette fois, l’arbitre n’a d’autre alternative que de le disqualifier. « C’est incompréhensible. Dans les vestiaires, pendant que je m’échauffais, la coquille était bien en place. Quand l’arbitre m’a disqualifié, j’ai ressenti une énorme déception », relate-t-il.
Une déception d’autant plus grande car il avait des visées sur la médaille d’or. « Je suis d’avis que j’aurais pu disposer de Bateson, même avec difficultés. Quand je constate que c’est lui qui a décroché la médaille d’or, ma déception est encore plus grande », fait ressortir Didier Cornet.
Toujours est-il que le boxeur de Cité Malherbes espère que cette médaille de bronze constitue les prémices d’une fructueuse carrière. Lui qui avait annoncé la couleur en décembre de l’année dernière avec la médaille d’or obtenue au Tournoi de la CJSOI aux Seychelles.
« À long terme, mon objectif sera de participer un jour aux Jeux Olympiques. En attendant, je compte m’imposer dans la catégorie -49 kg, même si je demeure conscient que la concurrence sera rude, avec Oliver Lavigilante et Afzal Hossen, entre autres. »
Quoi qu’il en soit, celui qui possède la boxe dans le sang, avec son père Charles qui s’était illustré au cours des années 1980, veut également briller à un autre niveau. Grâce au Trust Fund for Excellence in Sports (TFES), il suit actuellement des cours à l’IVTB de Beau-Bassin.
De ce fait, Didier Cornet veut continuer à persévérer et à s’améliorer. Ce sera sa façon à lui de remercier tous ceux qui l’ont aidé et soutenu jusqu’ici, notamment ses parents, le ministère de la Jeunesse et des Sports, l’Association mauricienne de boxe, le TFES et ses entraîneurs. Pour eux, il continuera à combattre avec tout son coeur.