Oliver Lavigilante et Richarno Colin vivent sans doute actuellement les plus longues heures de leur carrière de boxeur. Dans quelques heures, ils seront fixés quant à leur participation aux Jeux Olympiques de Londres.
Il faudra impérativement des succès du Kenyan Benson Gicharu et du Marocain Abdelhak Aatakni aux dépens respectivement du Ghanéen Duke Akueteh Micah et du Burkinabé Brice Bassole ce soir à Casablanca lors des demi-finales des catégories -52 kg et -64 kg pour qu’ils soient repêchés.
L’attente sera certes longue, mais ce tournoi qualificatif au niveau continental a laissé un goût amer du côté des dirigeants de la boxe locale. « Nous avons abordé cette compétition avec une certaine confiance. Avec huit boxeurs en action, nous avions des espoirs certains. Aujourd’hui, nous nous trouvons dans l’attente. C’est vraiment frustrant », souligne le Directeur technique national, Jean-Claude Nagloo. Et d’enchaîner : « Quand vous voyez quitter le ring en larmes, alors que vous méritiez largement la victoire, cela fait vraiment mal. »
« Certaines circonstances ont joué contre nous. À mon avis, Lavigilante, Colin et Julie auraient dû obtenir directement leur qualification. Que voulez-vous, nous devons accepter les verdicts, aussi cruels soient-ils », soutient de son côté l’entraîneur national, Judex Bazile.
Il demeure évident que la tâche de Richarno Colin ne s’annonçait guère aisée face à un boxeur du pays hôte. Néanmoins, les deux techniciens reconnaissent qu’il méritait nettement mieux que cette défaite de 8-11. « Richarno n’a cessé de travailler tout au long des trois rounds, avec des coups réguliers au corps et à la face. D’ailleurs, le Marocain était passif lors du premier round, sans pour autant être averti. Au bout du compte, il termine ce premier round avec un point d’avance », arguent-ils. Le même cas de figure s’applique selon eux à Lavigilante et Julie, mais les juges en avaient décidé autrement.
Quoi qu’il en soit, Jean-Claude Nagloo et Judex Bazile veulent croire que tout n’est pas définitivement perdu dans cette course à la qualification. « Même si rien n’est joué d’avance en boxe, le Marocain sera le favori face au Burkinabé. De surcroît, il évoluera devant son public. Par contre, ce sera nettement plus serré lors du duel entre le Kenyan et le Ghanéen », pronostique Judex Bazile.
De son côté, Jean-Claude Nagloo souhaite de tout coeur que le scénario des Jeux Olympiques de Beijing se reproduise, à savoir que deux boxeurs mauriciens soient au rendez-vous. « Nous espérions trois ou quatre qualifiés. Si deux obtiennent leur visa, nous serons satisfaits quand même », souligne le DTN.