Le direct de Christophe Otendy pousse le Seychellois Jovet Jean sur la défensive

Le Centre National à Vacoas a vibré, hier soir, au rythme effréné imposé par les boxeurs mauriciens lors des différentes finales. Ce feu d’artifice devant un public subjugué et enthousiaste a été marqué par l’obtention de sept médailles d’or sur les neuf possibles, la finale de la catégorie +91 kg étant annulée en raison du forfait du Seychellois Keddy Agnès. Ce véritable exploit porte la griffe de Sharwin Beedassee, John Colin, Richarno Colin, Merven Clair, Jean-Luc Rosalba, Christophe Otendy et Cédric Olivier. De leur côté, Ludovic Bactora, battu par arrêt de l’arbitre, et Denis Mikey, qui aurait dû prétendre à mieux, décrochent la médaille d’argent. Les protégés du quatuor Roberto Ibanez, Judex Bazile, Richard Sunee et Josian Lebon ont ainsi crevé l’écran en attendant les Jeux d’Afrique le mois prochain.

49 kg : Sharwin Beedassee (Maurice) b. Herinaina Nomenjamahary (Madagascar) par décision majoritaire (3-2) Ce premier combat était déterminant pour le reste de l’équipe. Le moins que l’on puisse dire, c’est que Sharwin Beedassee a été exact au rendez-vous pour ses premiers Jeux en montrant la voie aux siens. Il s’est en effet imposé à la majorité des juges (3-2) face au Malgache Herinaina Nomenjamahary. Il n’empêche que ce combat a été quelque peu brouillon, dans le sens surtout où les deux boxeurs se sont beaucoup observés en tentant quelques timides offensives. Emporté par la foule, Sharwin Beedassee a quand même placé quelques bons coups pour l’emporter, devenant ainsi le tout premier boxeur mauricien à s’imposer dans cette catégorie.

-52 kg : Marco Andrianarivelo (Madagascar) b. Ludovic Bactora (Maurice) par arrêt de l’arbitre au 2e round Le médaillé d’or en 52 kg des JIOI de 2007 et 2011 n’aura pas sa troisième breloque tant espérée. Il a été battu par arrêt de l’arbitre au deuxième round. Cela après avoir pris un crochet du gauche du Malgache Marco Andrianarivelo qui l’envoyait directement au tapis. Bien que se relevant rapidement, il devait être arrêté par l’arbitre. Auparavant, il avait reçu un coup au-dessus de l’arcade sourcilière nécessitant des soins. Après un premier round équilibré, il n’a donc pas été en mesure d’enchaîner face à un adversaire qui a profité de son allonge pour faire la différence.

-56 kg : Jami Abdalah (Réunion) b. Denis Mikey (Maurice) par décision majoritaire (3-2) Denis Mikey voulait lui aussi marquer ses débuts aux JIOI en remportant la médaille d’or. Physiquement à l’aise et très mobile sur le ring, le Mauricien a tenté quelques enchaînements. Son adversaire a même été compté lors du deuxième round à la suite justement d’un enchaînement crochets gauche-droit. Aux yeux de trois des cinq juges toutefois, cela n’a pas été suffisant pour lui permettre de remporter la médaille d’or, d’où son énorme déception.

60 kg : John Colin (Maurice) b. Julien Samourgompoullé (Réunion) par décision majoritaire (4-1) Une victoire par décision majoritaire certes pour John Colin, mais qui aurait dû être unanime, vu que sa domination a été très nette, surtout à partir de la deuxième reprise. D’ailleurs, le Réunionnais devait être compté lors du troisième round. Il n’empêche qu’après deux tentatives infructueuses, John Colin obtient finalement le sacre aux JIOI.

-64 kg : Richarno Colin (Maurice) b. Andrique Allisop (Seychelles) par décision majoritaire (4-1) Après le cadet, l’aîné. Une nouvelle fois, la victoire de Richarno Colin était tellement évidente qu’on peut se demander pourquoi elle n’a pas été acquise à l’unanimité. Évoluant à son aise, sans prendre de risques inutiles, le tenant du titre a graduellement imposé sa boxe. Le Seychellois, très mobile, a tenté de repousser les assauts adverses, mais Colin a su faire parler son métier. Il devenait ainsi le premier boxeur mauricien à décrocher trois médailles d’or aux JIOI et vengeait par là même son ancien coéquipier Bruno Julie, victime d’un arbitrage controversé face à ce même Allisop lors de l’édition 2011 tenue aux Seychelles.

-69 kg : Merven Clair (Maurice) b. Shain Boniface (Seychelles) à l’unanimité des juges (5-0) Bousculant son adversaire dès l’entame du combat, Merven Clair s’est offert une victoire sans contestation aucune. Se montrant maître de la situation les trois rounds durant, il a conservé son titre de manière convaincante. Sa domination a été plus nette lors des deux derniers rounds et Boniface aura eu le mérite de tenir jusqu’au bout.

-75 kg : Jean-Luc Rosalba (Maurice) b. Mdahoma Mohamed par K.O. au 3e round. Après un départ laborieux, étant compté au premier round, Jean-Luc Rosalba devait vite prendre la situation en main. Le Comorien Mohamed subira alors le combat et sera victime d’un saignement du nez au deuxième round. Ce ne sera qu’un avertissement, dans le sens où il sera expédié au tapis vers le milieu du dernier round. Jean-Luc Rosalba pouvait savourer sa première médaille d’or aux JIOI.

-81 kg : Christophe Otendy (Maurice) b. Jovet Jean(Seychelles) par décision majoritaire (3-2) Première consécration également pour Christophe Otendy à l’issue d’un duel indécis face au Seychellois Jovet Jean. Beaucoup de coups échangés, mais le Mauricien semblait prendre un léger ascendant lors de la deuxième reprise, étant plus précis dans ses tentatives. Qui plus est, il devait terminer le combat le plus fort pour convaincre trois des cinq juges.

-91 kg : Cédric Olivier (Maurice) b. François Rabenandrasana (Madagascar) par décision majoritaire (4-1) Voilà un autre boxeur mauricien qui obtient ses premiers lauriers aux JIOI. Cédric Olivier obtient ainsi sa revanche sur le sort, s’étant senti lésé lors de la finale de la dernière édition. Cette fois, il a connu quelques frayeurs, étant compté d’entrée. Toutefois, évitant les coups puissants du Malgache, il exercera un certain pressing. Rabenandrasana sera averti au deuxième round et cela lui a sans doute été préjudiciable. Il n’empêche que Cédric Olivier a su forcer la garde de son adversaire en quelques occasions.

Pas de médaille pour Kennedy St Pierre

Grosse déception pour Kennedy St Pierre, qui révait tant de décrocher sa première médaille d’or aux JIOI, surtout devant son public. Or, cette finale des +91 kg n’a pu se tenir vu que le Seychellois Keddy Agnès a déclaré forfait, étant souffrant. Les règlements de la Fédération internationale de boxe prévoient qu’un pugiliste ne peut obtenir de médaille s’il n’est pas monté sur le ring. C’est le cas de St Pierre, qui avait été qualifié directement pour cette finale. Reste qu’une certaine confusion régnait vers la fin de la manifestation, car Agnès et le Réunionnais Romain Ticane n’avaient pas été récompensés. Le Camerounais Bertrand Mendounga, superviseur de la compétition, a alors réparé cet oubli.

Ludovic Bactora dirigé à la clinique

Après son combat arrêté avant la limite, Ludovic Bactora a été conduit à une clinique privée. Il lui a été posé des points de suture après sa blessure au front. De ce fait, lors de la cérémonie protocolaire, sa médaille d’argent a été remise à John Colin.

Le bonheur de Philippe Hao Thyn Voon

Présent dans la loge officielle, Philippe Hao Thyn Voon était un homme heureux. Deux de ses employés, à savoir John Colin et Cédric Olivier, avaient décroché la médaille d’or. Il était heureux d’être pris en photo avec eux.