Les finales de boxe, disputées hier après-midi au National Sports Council Hall à Roche-Caïman n’ont pas souri aux Mauriciens. Alors qu’ils étaient sept en finale, seuls Ludovic Bactora (-52 kg) et Richarno Colin (-64 kg) ont pu décrocher la médaille d’or. Le capitaine de l’équipe, Bruno Julie, a lui été battu par le Seychellois Andrique Alissop chez les moins de 56 kg. Une défaite lourde à digérer, dans la mesure où le Mauricien a placé plusieurs coups précis qui n’ont malheureusement pas été comptabilisés. Ce qui a provoqué la colère dans le camp mauricien. Au final, Maurice décroche deux médailles d’or, cinq d’argent et trois de bronze.
Après Rodney Prosper mardi soir, c’était au tour de Bruno Julie (-56) et de John Colin (-60 kg) de faire les frais d’un arbitrage partisan hier. « Au départ, j’avais demandé qu’un minimum de deux à trois arbitres neutres participent au tournoi. Lorsque j’ai évoqué la question pendant la réunion technique, on m’a fait comprendre que c’était trop tard et qu’on ne pouvait rien faire. Je leur ait dit que je n’avais aucune confiance dans les juges et cela s’est confirmé lors du combat de Rodney Prosper et ce soir (Ndlr : jeudi) pour Bruno Julie, John Colin et même dans le cas d’Oliver Lavigilante », déclare l’entraîneur national, Judex Bazile.
Olivier Lavigilante avait la tâche de mener la troupe dans la mesure où c’est lui qui a boxé en premier. Il était opposé au Malgache Lalaina, médaillé d’or en 2003 et en 2007. C’était le combat entre la jeunesse et l’expérience. Il faut dire que ce fut un combat très serré et au cours duquel le Mauricien a très bien boxé. Il a respecté les consignes en restant à distance. Il a travaillé les enchaînements crochets gauche-droite avant de battre en retraite tout de suite après. Le score à la fin du premier round était de quatre partout.
Lors de la deuxième reprise, Lavigilante a continué à travailler ses enchaînements et a marqué des points. Malheureusement pour lui, les juges l’ont donné perdant (5-6). Lors du dernier round, le Mauricien n’a pas baissé de pied et a continué à attaquer. Lalaina, de son côté, commençait à montrer des signes de fatigue et Oliver Lavigilante en profita pour marquer des points. Toutefois, à l’annonce du résultat, on afficha un six partout, avec un score final de 16-15 en faveur du Malgache.
Le ton était donné et dans les esprits surgissait le cauchemar vécu par Rodney Prosper mardi face au Réunionnais Emmanuel Payet chez les moins de 91 kg. Le Mauricien, qui menait par un point à quelques secondes de la fin, était finalement déclaré perdant par 21 à 22, alors qu’il n’avait pas pris de coup ! Oliver Lavigilante à la trappe, Bruno Julie montait sur le ring avec la ferme intention de redonner confiance à son équipe. Toutefois, il devait vite se rendre compte qu’il n’avait pas uniquement le Seychellois Andrique Alissop et son public comme adversaires, mais qu’il a eu à se battre aussi contre les juges.
Les boxeurs, très concernés par la surprenante défaite de leur capitaine, étaient affectés par la médiocrité de l’arbitrage
Il faut souligner que ce combat était dans les possibilités de Bruno Julie, lequel a battu ce même adversaire en mai dernier au Botswana, lors du tournoi de la Zone 4, tournoi qualificatif pour les championnats d’Afrique de juin. D’ailleurs, le Mauricien avait pris le soin de bien observer son adversaire avant de placer des enchaînements crochets gauche-droite. Son adversaire, lui, tenta de placer quelques coups sans pour autant le mettre en danger.
C’est donc en toute logique que Bruno Julie a regagné son coin avec une avance de deux points (7-5) à l’issue du premier round. Ce bon départ laissait à penser que les choses allaient se dérouler selon les prévisions, mais les choses se sont gâtées lors du deuxième round, lorsque l’arbitre donna gagnant Andrique Alissop par 10 à 6. Ce qui était très difficile à digérer tant Bruno Julie avait bien travaillé. Mais ce qui est encore plus grave, c’est que le Mauricien a littéralement pris son adversaire de vitesse lors de la dernière reprise, avec des enchaînements crochets-directs.
On pensait alors qu’il avait refait son retard, mais là également, le score était en faveur du Seychellois (9-6). Au final, il s’impose par 24 à 19. Ce qui a été très difficile à croire tant Bruno Julie a sorti une boxe de haute facture. La fin du combat a été suivi par la contestation dans le coin mauricien, mais il n’y avait rien à faire.
Ce problème a sérieusement désorganisé la sélection nationale, dans la mesure où tous les boxeurs, très concernés par la surprenante défaite de leur capitaine, étaient affectés par la médiocrité de l’arbitrage. John Colin, qui a boxé face au Réunionnais Éric Dagard chez les moins de 60 kg juste après, n’a pas eu plus de chance face aux juges. Car il a perdu ce combat de trois petits points seulement (17-20). Il n’empêche que la physionomie de ce combat ne reflète aucunement le résultat, car dès le début, John Colin a développé sa boxe tranquillement pour mettre en danger son adversaire. Il a beaucoup travaillé en enchaînant des crochets du gauche et directs du droit. Malheureusement pour lui, les juges le donnaient perdant 4-6. 
Lors de la deuxième reprise, le champion d’Afrique de 2009 a continué à travailler et à mettre son adversaire en difficulté. Il avait même adressé plus de 30 coups à son adversaire, mais le résultat affichait 6-5 en faveur du Réunionnais, avant de donner un 8-8 au dernier round.
La suite, on la connaît. Ces deux défaites inacceptables et incompréhensibles ont déstabilisé le groupe et cela se voyait lorsque Kennedy St Pierre monta sur le ring pour évoluer face au Seychellois Kitson Julie chez les moins de 69 kg. On voyait clairement que le Mauricien n’était pas dans son combat et qu’il avait été psychologiquement touché par l’attitude des juges à l’égard de ses coéquipiers. Il concéda le premier round 7 à 8 avant de faire jeu égal (3-3) lors du round suivant. Lors de la dernière reprise, Kitson Julie a pris l’avantage pour s’imposer par 8 à 4. Au final, il faisait la différence par 19 à 14. 
Pour sa part, Jacques Raphaël a eu fort à faire face au Seychellois Keldy Agnès chez moins de 81 kg. Il a perdu ce combat face à un boxeur solide et puissant par arrêt de l’arbitre à la première reprise et ce, après avoir été compté à trois reprises.
Ainsi prenait fin le cauchemar de la sélection nationale mauricienne après une longue préparation de plusieurs mois et au cours de laquelle Ludovic Bactora, Richarno Colin et Kennedy St Pierre ont décroché un titre de champion d’Afrique chacun !