Coup de théâtre à un mois de la date prévue pour l’organisation de la finale des championnats du monde de boxe française-savate. Maurice, pressentie pour abriter la finale de la catégorie -52 kg opposant la combattante d’origine rodriguaise, Anne Jelina Bégué, à la Japonaise Mariko Hara (championne du monde en exercice), s’est finalement désistée. La Fédération internationale a été avisée, mais aucune décision n’a été prise jusqu’ici quant au pays qui accueillera cette finale.
Un manque de moyens financiers a donc été à l’origine de ce désistement. Avec un budget limité de Rs 125 000, Maurice ne pouvait encourir les frais d’hébergement des délégués de la Fédération internationale, des arbitres, des juges, de même que les frais de déplacement d’Anne Jelina Bégué et de son entraîneur. « Nous sommes peinés de cette situation, mais toutes nos démarches se sont révélées infructueuses », admet Alain Aliphon, dirigeant de la Fédération mauricienne de boxe française-savate.
Pour rappel, Anne Jelina Bégué avait acquis sa qualification pour cette finale lors d’une compétition tenue à Milan en Italie en juin dernier. Elle avait disposé tour à tour d’une Italienne, de la Canadienne Lydie Couture et de la Serbe Djendji Fleis, avant de s’incliner face à une Croate. Alors assurée au pire d’un titre de vice-championne du monde, elle devenait ainsi la première sportive mauricienne à atteindre un tel palier.
Les démarches étaient alors entreprises auprès du ministère de la Jeunesse et des Sports pour assurer à la combattante tout le soutien voulu dans le cadre de sa préparation. D’autant qu’elle devait croiser le fer en finale face à la championne en exercice.
La date du 7 décembre était annoncée pour la tenue de cette finale. Étant donné l’importance de cette confrontation, le Mauritius Sports Council avait pris la décision de reporter la traditionnelle Sports Award Gala Night au début de l’année prochaine. Toutefois, la situation ne devait pas évoluer dans la direction prévue pour la tenue de la finale, du fait qu’un budget d’environ Rs 800 000 était requis pour l’organisation.