Le ministère de la Jeunesse et des Sports ne financera pas le déplacement de Sharone Clair (-75 kg) et de Karene Berry (+75 kg) aux finales des championnats du monde de boxe française, prévues le 5 décembre prochain, à Amiens en France. Un refus catégorique adressé à la Fédération mauricienne de Boxe française (FMBF) par le biais d’une correspondance en date du 4 novembre dernier et qui se lit en deux petites lignes seulement ! De plus, le MJS n’a même donné les raisons officielles de ce refus à cette fédération. Quant au ministre Yogida Sawmynaden, il n’a pas eu la décence de recevoir le président de cette fédération, Azfar Jhingut, rien que pour écouter ce qu’il avait à dire.
 Le président de la FMBF est un homme dégoûté, voire révolté, après ce qu’il a entendu au courant de la semaine écoulée. Déjà dans le doute après le refus du MJS de financer le déplacement de deux boxeuses aux finales des Mondiaux d’Amiens, il déplore le fait que le ministre Sawmynaden n’a pas cru bon de répondre positivement à sa requête pour une rencontre d’urgence.  » J’attends toujours une réponse du ministre. Malheureusement, il n’a toujours pas trouvé nécessaire de répondre à ma requête. Et pourtant, il s’est expliqué sur les ondes d’une radio en indiquant que nous avions épuisé notre budget et que nous devrions chercher des sponsors pour ce déplacement. De quel budget parle-t-il ? Visiblement, le ministre est déconnecté de la réalité. Son attitude déplorable nous plonge davantage dans un doute, alors qu’il ne reste que deux semaines avant la tenue des finales « , a déclaré  Azfar Jhingut avec beaucoup d’amertume.
Ce dernier se dit encore plus révolté lorsqu’il affirme que sa fédération bénéficie d’un budget de Rs 200 000 seulement ( !) pour une année auprès du MJS.  » Venir dire que ce budget, que nous considérons de dérisoire, est épuisé, est une insulte à notre intelligence. Peut-on nous dire comment organiser des compétitions et financer des déplacements à l’étranger avec une somme aussi modique que cela ? « , s’est-il demandé. Même le comité régional de Rodrigues, a-t-il ajouté, perçoit un budget plus conséquent que la fédération auprès de la Commission de la Santé et des Sports.  » Alors, qu’on ne vienne surtout pas parler de budget quand on sait très bien qu’on est très mal considéré par rapport à bon nombre de fédérations. Savez-vous combien de fois, la fédération a demandé que le budget soit revu à la hausse ?Malheureusement, nos demandes n’ont jamais été prises en considération « , a-t-il déploré .
Malgré ce manque de soutien, Azfar Jhingut a affirmé que les membres de la fédération se mettent souvent en quatre pour trouver des moyens pour organiser régulièrement des compétitions, afin de satisfaire ses nombreux licenciés. Face à la décision négative du MJS, Azfar Jhingut a indiqué que ses membres et lui sont à pied d’oeuvre, afin d’essayer de trouver des éventuels sponsors, afin de financer le déplacement des deux boxeuses et dun entraîneur.  » Un budget de Rs 390 000 avait été identifié pour le déplacement de cinq personnes. Ce budget a été réduit à Rs 200 000 et nous espérons trouver des personnes de bonne volonté qui nous permettrons de concrétiser ce déplacement en France. Les deux boxeuses continuent elles à s’entraîner dans l’espoir qu’il y aura peut-être un heureux dénouement d’ici quelques jours « , a-t-il fait remarquer.
Pour conclure, Azfar Jhingut a tenu à préciser que contrairement aux deux autres sports de combat que sont la boxe et le kick-boxing, la boxe française perçoit, elle, des miettes du MJS en terme de budget.  » Le ministre Sawmynaden fait la sourde oreille à nos problèmes et cette attitude est interprétée comme un signal très fort par rapport à ce qu’il a récemment dit au Parlement au sujet des disciplines olympiques et non-olympiques. L’avenir s’annonce désormais très sombre pour la boxe française et les disciplines non-olympiques « , a-t-il conclu.