L’équipe de Maurice jubile après un après-midi fructueux

La Fédération mauricienne de boxe française savate et des disciplines assimilées (FMBFSDA) était plus que fier d’accueillir, pour la première fois, les championnats d’Afrique en assaut au centre national de boxe de Vacoas. Des tireurs venant de cinq pays ont donc défendu les couleurs de leur pays lors des finales tenues samedi dernier. Maurice a décroché sept médailles d’or sur les dix en jeu en venant à bout des Malgaches et des Tunisiens, à la grande satisfaction du président de la FMBFSDA, Azfar Jinghut ainsi que l’entraîneur national, Kersley Visanjoue.

C’est avec un peu de retard que la cérémonie d’ouverture a débuté en présence du président de la Fédération française de boxe française, Joël Dhumez et de son vice-président Rodolphe Redon, qui ont spécialement fait le déplacement pour l’évènement. Une fois la compétition enclenchée, Didier Brasse a lancé les hostilités, dans la catégorie -56 kg en s’imposant gracieusement en trois rounds, face au Malgache, Luc Ratsiaterinirina. C’était les premiers championnats d’Afrique de ce tireur mauricien et son adversaire a abandonné au deuxième round. « La préparation était dure j’ai dû déjà me mettre en tête depuis plusieurs semaines que je gagnerai. C’est ma première rencontre africaine mais tout se joue dans le mental. J’ai reçu beaucoup de soutien et je remercie tout le monde d’ailleurs. Ma force a été dans la capacité d’enchaîner mes coups pour marquer le maximum de points, sans cogner trop fort », souligne Didier Brasse.

Pour sa part, Bryan Fils François, engagé chez les -65 kg, il a décroché son premier titre en assaut face à Jean Tafila Rakotonadrasana (Mad) suite à un jet de l’éponge de l’entraîneur malgache au troisième round. Le vainqueur soutient que suivre les conseils de son entraîneur et un élément très important pour gagner, d’autant qu’il est un meilleur combattant que technicien. « La maîtrise technique en assaut est un gros défi principalement étant combattant. Il faut savoir maîtriser et retenir ses coups. Cela fait trois mois que je travaille beaucoup dessus et cela a porté ses fruits. Maintenant je vise un prochain titre en assaut à un niveau supérieur », confie Bryan Fils François. Ce dernier avait également remporté le titre lors des derniers championnats d’Afrique 2018 en combat, tenus au Sénégal.
Quant au Rodriguais Jean Louis Polimon, il s’est incliné face à un gros morceau, le tireur marocain Amine Ziani dans la catégorie -70 kg. Ce dernier a un palmarès très étoffé et détient plusieurs titres mondiaux en muy thai, boxe anglaise, et kick boxing entre autres. Jean Louis Polimon qui revient tout juste avec une médaille d’argent des Chungju World Martial Arts Masterships, tenus en Corée du 30 août au 6 septembre, soutient que ce déplacement l’a aidé dans sa préparation. « Pour moi ce n’est pas une défaite.

A Rodrigues je n’ai pas vraiment pu me préparer avant de venir à Maurice. En ce qui concerne mon adversaire. C’est un tireur que je connais et que j’ai croisé sur le ring en 2016 en Croatie, cette année-ci en Tunisie pour les mondiaux en combat on était dans la même catégorie mais pas la même poule. Pour moi ce n’est pas une défaite il y a eu un beau spectacle mais il est facile de perdre en assaut pour des détails techniques et si nous sommes face à un adversaire intelligent, il saura les utiliser. Je suis chanceux d’avoir eu un adversaire de taille », laisse entendre Jean Louis Polimon.

En ce qui concerne Akilesh Bhantooa (Mce), il s’est démarqué face à Jeml Medhi (Tun) chez les -85 kg. Le tireur mauricien est un amoureux des arts martiaux en général et son expérience dans les autres types de boxe a pu l’aider. « La boxe française est la base pour moi. C’est avec cela que j’ai commencé et la technique que nous développons en boxe française nous aide dans tous les autres types de boxe. J’ai décidé de retourner vers la source et de finir ma carrière sportive en boxe française. Au dernier round ce soir (Ndlr : samedi), j’ai dû tout donner et je suis fier de ce titre », confie Akilesh Bhantooa
Du côté des -80 kg Pascal Derobillard (Mce) de Robillard qui a livré un bon combat face à Sarkhi Mehdi (Tun) mais il s’est malheureusement incliné en finale malgré la protestation de Kersley Visajoue. Ce match qui semblait aux yeux de la majorité de ceux présents, avoir été remporté par le tireur mauricien a fait débat pendant plus d’une quinzaine de minutes. Cependant la décision finale n’appartenait qu’aux juges. « Pour un assaut le match était chaud. L’assaut est technique et mon adversaire faisait plus un combat. Nous avons tous deux eu un avertissement respectivement, puis moi j’en ai un deuxième qui valait seulement deux points mais pour le reste j’ai fait l’assaut et pas du combat. J’ai dominé les deux premiers rounds et la troisième nous avons fait égalité un peu mais j’ignore comment il a remporté. Enfin cela arrive en boxe française les mauvais jugements mais je suis vraiment déçu et j’espère que cela ne sera pas un obstacle pour mes prochains objectifs. Je ne baisse pas les bras », confie-t-il

En féminin celle qui était le plus attendu chez les -65 kg Anne-Jelina Bégué Baptiste (Mce) a perdu face à Maria Moussa (Alg). Elle attribue cela à un manque de préparation pour des raisons professionnelles mais reste quand même satisfaite de son niveau car c’est après deux ans qu’elle reprend la compétition. « C’est mon premier championnat d’Afrique. Depuis 2017 j’avais eu une blessure assez grave au genou et j’ai eu du mal à m’en remettre. C’est une grosse pression de se remettre en selle après une blessure. Je suis prête à reprendre une bonne préparation maintenant en vue des prochains événements », laisse entendre Anne-Jelina Bégué Baptiste. Pour finir Sherifa Cader (Mce) a remporté par forfait chez les -56 kg car son adversaire ne s’est pas présentée.

Zoom
Kersley Visanjoue : « Nous avons marqué l’histoire »
L’homme derrière ce succès accompli pour les championnats est sans aucun doute l’entraîneur national Kersley Visajoue. Il est très apprécié par les tireurs mauriciens et rodriguais qui lui dédient tous une part de leur victoire. Kersley Visanjoue disait vouloir marquer l’histoire de la boxe française savate qui existe depuis 35 ans à Maurice et il estime avoir réussi avec toute son équipe. Il soutient que Maurice à sa place au niveau de l’Afrique.

« C’est la première fois que nous organisons les championnats d’Afrique et les tireurs ont donné le meilleur d’eux-mêmes. Nous n’avions pas droit à l’erreur car la compétition s’est faite chez nous et devant notre public. Nous avons fait nos preuves et Maurice est le meilleur en Afrique. Je regrette juste le résultat de Pascal de Robillard qui est un très bon technicien. En assaut quand on marque avec des coups de pied au visage cela ramène plus de points je ne sais pas si les juges ont pris cela en compte. Je respecte toutefois la décision finale », soutient Kersley Visanjoue. La plus grande satisfaction de l’entraîneur est surtout d’avoir pu placer le maximum de tireurs dans chaque catégorie. Il souligne que souvent il faut choisir que deux ou trois tireurs pour un déplacement, faute de budget alors qu’il y a d’autres très bons éléments à Maurice. Pour cette rencontre donc beaucoup de tireurs ont pu faire l’expérience d’un championnat d’Afrique.

En ce qui concerne l’organisation, Kersley Visanjoue est d’avis que Maurice a été à la hauteur, voire mieux que ce que la délégation locale a vécu l’année dernière au Sénégal pour les championnats d’Afrique en combat. « Il y a eu quelques difficultés évidemment que nous avons pu gérer. Nous n’avons pas abandonné ce projet même jusqu’au dernier moment. Je remercie toute l’équipe qui a travaillé dur pour la réussite de cette rencontre. Cette compétition nous a aidés pour les mondiaux en assaut qui se tiendront l’année prochaine. Nous avons répondu à l’appel à tous les niveaux », conclut Kersley Visanjoue.

Résultats détaillés

MASCULIN
-56 kg : Didier Brasse (Mce) b. Luc Ratsiaterinirina (Mad)
-60 kg : Didier Madarbaccus (Mce) b. Jean Maurice Rafldimalala (Mad)
-65 kg : Bryan Fils Francois (Mce) b. Jean Tafila Rakotonadrasana (Mad)
-70 kg : Amine Ziani (Mrc) b. Jean-Louis Polimon (Mce)
-75 kg : Bryan Cupidon (Mce) b. Jean Noel Ratisoa (Mad)
-80 kg : Sarkhi Mehdi (Tun) b. Pascal Derobillard (Mce)
-85 kg : Akilesh Bhantooa (Mce) b. Jeml Medhi (Tun)
+85 kg : Olivier Lafleur (Mce) b. Issam Barhoumi (Tun)
FEMININ
-56 kg : Sherifa Cader (Mce) b. Jayluna Bridoux (Mce)
-65 kg : Maria Moussa (Alg) b. Anne-Jelina Bégué Baptiste (Mce)
+75 kg : Ahlem Grisset (Tun) b. Sharone Clair (Mce)