La Fédération Mauricienne de Boxe Française savate et discipline assimilées a fait part de ses doléances lors d’un point de presse mercredi dernier à l’hôtel St Georges, Port-Louis, concernant la participation des tireurs mauriciens aux Championnats du monde, prévus à Rome à la fin du mois d’octobre. Le président, Azfar Jhingut a tenu à expliquer dans quelle situation précaire se trouve la fédération qui doit absolument trouver des liquidités pour financer le déplacement des athlètes.
En effet, les dirigeants de la fédération de boxe française savate  indiquent qu’ils n’ont qu’un budget annuel de Rs 100 000 pour toutes leurs activités. « Suite aux événements organisés lors des mois écoulés, il ne nous reste que Rs 25 000. Le problème qui survient est que dans quelques semaines, soit le 28 octobre, se profilent les championnats mondiaux de boxe française-savate à Rome. La fédération a déjà présélectionné 5 potentiels représentants à ces championnats mais le coût du déplacement de ces athlètes, coaches y compris, s’élève à Rs 350 000 », explique le président de la fédération Azfar Jhingut.
Il soutient, « Or, seulement Rs 50 000 additionnelles ont été obtenues de la part du ministre de tutelle. Le Permanent Secretary (PS) du ministère a promis des lettres de recommandation dans le but de demander des fonds aux CSR. Donc, seulement deux tireurs ont les fonds nécessaires pour se rendre aux championnats à ce jour ». Ceux présents ont ainsi déploré le manque de soutien financier alors que, selon eux, la fédération apporte des résultats qui méritent d’être récompensés. Ils ont notamment fait référence au champion du monde de 2002, Mario Bienvenu, les performances de Jean Nael Azie, 3e aux mondiaux de 2013, la Rodriguaise Anne-Jelina Bégué qui a été la première athlète féminine mauricienne à participer à une finale d’un championnat mondial en 2011 et Geraldo Tomassoo, champion du monde de 2005.
Kersley Visenjoue, entraîneur de la sélection nationale, a, pour sa part, mentionné que les athlètes s’entraînent très dur pour cette compétition.  « Les tireurs s’entraînent depuis des mois, cinq fois par semaine en moyenne, pour se préparer pour ces championnats du monde. Le fait que seuls deux puissent s’y rendre est un gros coup dur, surtout que leur non-participation ne sera due qu’à un manque de financement », précise-t-il.  La fédération a, pour l’heure, trouvé le financement pour Jean Nael Azie et Geraldo Tomassoo. Il reste à trouver d’autres sponsors pour Ranini Cundasamy, Pascal de Robillard et Jean-Louis Polimo. La tâche s’avère compliquée étant donné que le temps commence à manquer. La fédération fait un appel aux sponsors qui désirent aider les tireurs mauriciens. « Nous avons clairement besoin d’aide. Les combattants sont très motivés et il serait dommage de leur priver d’une telle opportunité », indique Azfar Jhingut.