Maurice ne pourra abriter la 18e édition des championnats d’Afrique de boxe aux dates initialement programmées, soit du 20 au 30 juin prochain. Et ce, pour deux raisons. À savoir, premièrement, la tenue à Mersin en Turquie du 24 juin au 3 juillet des Jeux Méditerranéens, compétition à laquelle participeront des pays africains tels que l’Algérie, l’Egypte, la Tunisie et le Maroc. Puis, la période du Ramadan, prévue du 10 juillet au 9 août.
« Les dates restent encore à être déterminées. Néanmoins, cette compétition aura son importance, étant qualificative pour les championnats du monde prévus au Kazakhstan en octobre », a fait ressortir Rajiv Rajcoomar au cours d’un point de presse tenu hier en fin de matinée à Port Louis. Avec à ses côtés, le secrétaire administratif Guy Bazerque, le président de l’Association mauricienne de boxe (AMB) a également signalé qu’un comité organisateur sera bientôt institué dans le cadre de cet événement que Maurice abritera pour la troisième fois, après 2001 et 2009.
« Si nous organisons cette compétition, ce sera une victoire pour la fédération. Nous bénéficierons du soutien infaillible du ministère de la Jeunesse et des Sports et nous lançons un appel aux commanditaires pour leur aide », a-t-il souligné. Il s’est dit prêt à apporter son soutien, même s’il ne sera plus président de cette fédération à partir du 17 mars prochain.
En effet, ce sera à cette date à 11h que se déroulera l’assemblée générale élective de l’AMB à Vacoas. Même s’il ne pourra rempiler au poste de président, ayant déjà effectué deux mandats consécutifs, Rajiv Rajcoomar a soutenu qu’il deviendra automatiquement membre du nouveau comité. Et ce, en tant que membre de l’Association internationale de boxe amateur (AIBA) et d’après les statuts datant de 2009. Toujours est-il qu’il a affiché la satisfaction devant ces huit années passées aux commandes de cet organisme.
« Je laisse un riche héritage, car la fédération était comme un avion sans pilote en 2005. Je me suis beaucoup investi tant au niveau familial que professionnel et j’étais au four et au moulin pour mener le bateau à bon port. Les coups reçus en cours de route m’ont revigoré et aujourd’hui, je ressens une fierté personnelle. D’autant que notre bilan financier est également fort positif. » Il aura des mots d’appréciation pour Guy Bazerque. « Il est le doyen de la fédération et il a fait le maximum. » Quant à son successeur, il a signalé que personne ne s’est encore manifesté jusqu’ici.
Au cours de ce point de presse, le calendrier de cette saison a également été présenté. Il est définitivement confirmé que les Mauriciens ne seront pas en action lors du Bocksai Memorial en Hongrie le mois prochain. « La participation à une compétition d’un tel niveau requiert une préparation adéquate. En 2011, les boxeurs avaient bénéficié d’un stage de quinze jours à Madagascar et les résultats avaient été positifs. La saison dernière, pas de stage et pas de résultats valables », a fait remarquer Rajiv Rajcoomar.
De ce fait, les premières échéances internationales pour Maurice pourraient être le Misra Tournament en Inde et la Chemistry Cup en Allemagne début mars. Les autres échéances internationales seront le tournoi de la zone 4 d’Afrique (Botswana ou Zambie — avril), les championnats du monde féminins (Turquie — avril), le China Open (mai), les championnats du monde juniors (Ukraine — août), la Coupe de l’océan Indien (Réunion — août), les championnats du Commonwealth (Écosse ou Irlande — novembre) et l’AIBA President’s Cup (Taïwan — décembre).
Afin de préparer ces tournois dans les meilleures conditions, des camps d’entraînement sont programmés en Inde, en Chine, en Angleterre de même qu’à Maurice. Il est également à signaler qu’un gala international réunissant pugilistes mauriciens, réunionnais et seychellois se tiendra à Rodrigues en avril.
Au niveau local, le coup d’envoi sera donné le 9 février avec la Ram Ruhee Memorial Cup. Suivront une dizaine de jours plus tard les championnats nationaux Elite. Les championnats nationaux pour les différentes catégories d’âge, des compétitions dans les différentes régions, les Jeux de l’Espoir et les Jeux de l’Avenir seront également à l’agenda. Cette saison, l’AMB compte relancer la boxe au niveau des institutions secondaires.
Toujours est-il que cette fédération a aussi des visées sur les prochains Jeux Olympiques à Rio en 2016. « Nous avons soumis un plan de travail à long terme au ministère de la Jeunesse et des Sports. Un travail herculéen nous attend et nous devrons mettre tout le paquet pour obtenir des résultats positifs », affirme Rajiv Rajcoomar. Ce dernier insiste sur le fait que la qualification pour l’échéance de Rio sera encore plus ardue en raison du quota réservé aux boxeurs évoluant dans les World Series of Boxing.