Les boxeurs de l’Association mauricienne de Boxe (AMB) ont une fois de plus fait honneur à la République. C’était à l’issue des finales des Jeux d’Afrique, disputées vendredi soir, à Maputo, au Mozambique. Bruno Julie (-56 kg), Richarno Colin (-64 kg) et James Kennedy St Pierre (-75 kg) sont montés sur la plus haute marche du podium pour permettre à Maurice de terminer à la deuxième place derrière l’Algérie, trois médailles d’or aussi, mais avec quatre médailles d’argent. Maurice a elle remporté une médaille de bronze grâce à John Colin chez les moins de 60 kg.
La mésaventure des Jeux des Iles de l’océan Indien est désormais à mettre aux oubliettes. Car vendredi, à Maputo, les boxeurs mauriciens ont prouvé qu’ils sont bien les meilleurs en décrochant trois médailles d’or. Bruno Julie a d’abord ouvert la voie avec une très belle victoire face à l’Algérien Reda Benbaziz suite à la décision du scoring machine. A la fin du troisième round, le score était de huit partout. Selon l’entraîneur national, Judex Bazile, ce combat a été très dur et qui plus est, Bruno Julie a boxé avec une épaule droite douloureuse – celle-là même qui a été opérée l’année dernière.
Au premier round, Bruno Julie a beaucoup travaillé, mais devait  regagner son coin sur un score de parité. « Logiquement, Bruno aurait dû mener au score. Au deuxième round, je lui ai demandé de travailler plus. Je lui ai demandé de boxer de plus près. Bruno sera finalement mené par un point. C’est au troisième round qu’il a pu refaire son retard et égaliser 8 partout. Il s’est beaucoup dépensé et a adressé un maximum de coups », a déclaré Judex Bazile. Selon lui, Reda Benbaziz s’est avéré être un très bon boxeur. Il est grand et a adressé de large crochet droit qui ont touché Bruno Julie. Il a ajouté que l’Algérien a très bien travaillé tactiquement et possède une très bonne garde. « L’Algérien boxe aussi très bien en contre. »
Richarno Colin s’impose malgré une cheville douloureuse
Pour ce qui est de Richarno Colin, il s’est imposé face au Tunisien Houya Abderazzak chez les moins de 64 kg par 7 à 5. Il faut dire que le Mauricien a été nettement diminué après s’être blessé à un doigt à chaque main et une douleur persistante à la cheville droite. Ce qui a gêné considérablement sa boxe. Judex Bazile dira que le boxeur a pratiquement boxé sur une seule jambe. « Richarno a énormément souffert avant ce combat. A une heure du combat, il ne pouvait pas marcher. A partir de là, nous avons tout fait pour lui prodiguer les soins nécessaires. Cela a marché à 50% et il a pu se déplacer », a indiqué l’entraîneur national.
Il n’empêche que Richarno Colin n’a pas été en mesure de sortir sa boxe et a dû se réajuster par rapport à ses blessures. Cela fait qu’il n’a pas été en mesure de jouer sur sa mobilité et a dû se contenter de rester sur place. Au premier round, il a mené par 3 points à 2 et cela, avec beaucoup de difficultés. « Son expérience a payé et qui plus est, Richarno s’est très bien préparé au niveau psychologique. De plus, son adversaire avait peur de lui. Car lors de la dernière Coupe d’Afrique des Nations, au Cameroun, Richarno l’avait mis K.-O au premier round. Je dois cependant dire qu’il n’a pas été facile de boxer face à ce Tunisien qui a boxé avec une garde fermée », a fait remarquer Judex Bazile. Au deuxième round, Richarno Colin a mené par 7 à 5 pour gérer ensuite et conclure sur ce même score.
Pour sa part, James Kennedy St Pierre a eu beaucoup plus de chance chez les moins de 75 kg en gagnant par forfait face à l’Algérien Saad Kaddous. Judex Bazile a indiqué que ce dernier avait un oeil au beurre noir et n’a donc pas eu le feu vert de la commission médicale. Il n’empêche que James Kennedy St Pierre a réalisé un très beau combat lors des demi-finales face à un Camérounais, vainqueur de son précédent combat par K.-O à la première reprise. « Cette demi-finale était une finale avant la lettre. Kennedy a très bien travaillé et je peux dire qu’il a fait un combat de très haut niveau. De plus, l’adversaire est connu pour être un rusher. Il adresse de larges coups et exerce un gros pressing. Il ne donne aucun répit à son adversaire et Kennedy a dû contrer et attaquer au bon moment en marquant des points. C’est ce qu’il a fait pour remporter ce combat par 28 à 13″, a souligné Judex Bazile.
5 combats en sept jours
L’entraîneur national s’est dit satisfait des performances enregistrées lors de ces finales. Il s’attendait à ce que les boxeurs sortent le grand jeu et ce, malgré les blessures de Bruno Julie et de Richarno Colin. « Nous nous attendions à bien faire. Il faut aussi rester prudent dans la mesure où nos adversaires aussi avaient leurs chances de triompher. Il n’empêche que nos boxeurs s’étaient bien préparés pour l’événement. La seule chose que nous craignions c’était la façon dont le nouveau scoring machine analysait les résultats. Mais au fil des combats lorsque nous avons commencé à gagner, cela nous a rassuré. Je suis donc très satisfait de la façon dont les boxeurs se sont comportés », a-t-il déclaré.
Judex Bazile dira aussi que les boxeurs ont bien réagi malgré la fatigue. Richarno Colin a boxé à cinq reprises en sept jours, alors que James Kennedy St Pierre et Bruno Julie ont eux disputé quatre combats. « Les boxeurs étaient fatigués. Nous avons mis une tactique pour leur permettre de bien boxer et cela a très bien marché », a-t-il souligné. Dans l’ensemble, Judex Bazile pense que Maurice aurait pu voir Ludovic Bactora en finale et même Oliver Lavigillante. « Ma philosophie, c’est de donner la chance à tous les boxeurs, mais surtout de croire en eux. D’ailleurs, j’ai toujours cru dans les sept boxeurs qui ont fait le déplacement. Les boxeurs ont tous très bien travaillé et ont fait ce qu’on attendait d’eux. Je tiens à remercier la fédération pour son soutien, ma femme et mon fils Emmanuel », a-t-il conclu.