L’île Maurice tient enfin ses premiers qualifiés officiels pour les Jeux Olympiques de Londres. L’attente a été certes longue, mais le sort a finalement été favorable à Oliver Lavigilante et Richarno Colin repêchés respectivement dans les catégories -52 kg et -64 kg. Au complexe sportif Mohamed V à Casablanca, hier soir, la boxe mauricienne a retrouvé des couleurs, après une semaine morose.
Coincidence. Ces deux pugilistes sont issus du même endroit, à savoir Henrietta, ont suivi le même cheminement à travers le Centre National de Formation et ont partagé la même chambre au Maroc. Il fallait donc absolument des succès du Kenyan Benson Njangiru et du Marocain Abdelhak Aatakni, hier soir, lors des demi-finales des catégories  -52 kg et -64 kg respectivment pour que Lavigilante et Colin valident leur ticket pour Londres.
Mission accomplie. C’est ainsi que Njangiru a réussi un troisième round de folie por vaincre le Ghanéen Akueteh Micah (17-14), alors que le Marocain a disposé plus facilement du Burkinabe Brice Bassole (12-6).. Aatakni visera maintenant la consécration ce soir face au Tunisien Abderrazak Haouia large vainqueur de son côté l’Egyptien Ahmed Aly Mohamed (14-5) lors de l’autre demi-finale. De son côrté, Njangiru affrontera le Botswanais Oteng Oteng qui a bénéficié du forfait de l’Algérien Samir Brahimi.
Du côté du staff technique mauricien, cette double qualification est accueillie avec une énorme satisfaction. «Nous sommes soulagés, même si nous espérions voir un de nos boxeurs dans le dernier carré. Finalement, ce n’est que justice que de voir deux des nôtres obtenir la qualification. Maintenant, il s’agira d’établir un travail en vue du rendez-vous olympique», avance l’entraîneur national, Judex Bazile. «Deux qualifiés, c’est bien. Toutefois, le plus dur reste à faire, avec la préparation pour les Jeux Olympiques. Quoiqu’il en soit, nous remercions tous ceux qui nous ont aidé jusqu’ici. A savoir, la fédération de boxe, le Ministère des Sports et le Comité Olympique Mauricien», soutient de son côté le Directeur Technique National, Jean-Claude Nagloo.
Cette qualification de Richarno Colin, quoique acquise dans des circonstances particulières, est finalement méritée à plus d’un titre et n’est au bout du compte que justice. D’ailleurs, la déclaration de Jean-Claude Nagloo, est lourde de sens. «C’est maintenant que le meilleur boxeur de la catégorie -64 se qualifie». Voilà un pugiliste qui avait tout écrasé sur son passage la saison dernière, avec à la clé la consécration au Bocksai Memorial, aux championnats d’Afrique, aux Jeux des îles et aux Jeux d’Afrique. Pour cette présente compétition continentale, le sort n’a pas été tendre avec lui, du fait qu’il s’est retrouvé face à un Marocain en quarts de finale. Vaincre Aatakni, considéré comme une étoile montante, de surcroît devant tout un public tout acquis à sa cause, constituait à coup sûr une tâche herculéenne. D’ailleurs, les entraîneurs mauriciens ont crié au scandale à l’issue de ce combat, arguant que leur protégé en avait suffisamment fait pour forcer la décision en sa faveur.
Quoiqu’il en soit, avec la qualification en poche, Richarno Colin s’apprête à vivre ses deuxièmes Jeux Olympiques. A Beijing quatre ans de cela, il avait fait sensation d’entrée en disposant d’un Brésilien, avant de s’incliner en huitièmes de finales face à un Russe. Depuis, l’aîné des frères Colin a gagné en maturité et en expérience, et certains avancent même qu’il possède le gabarit nécessaire pour suivre le même cheminement que son illustre ainé qu’est Bruno Julie.
De son côté, Oliver Lavigilante symbolise la relève du noble art local. Cette qualification est donc venue compenser son énorme déception de sa défaite au couteau lors des quarts de finale. A bientôt 21 ans, il s’est déjà illustré à l’échelon international, avec notamment des médailles d’argent aux championnats du Commonwealth et aux derniers Jeux des îles. Après avoir évolué chez les -49 kg, il est venu tenter sa chance dans la catégorie supérieure cette année. Il en sera donc à sa toute première expérience aux Jeux Olympiques et aura ainsi l’occasion de faire ses classes à un très haut niveau. Pour lui, le plus beau reste sans doute à venir.
Avec deux qualifiés, la boxe mauricienne confirme sa régularité aux rendez-vous olympiques. Teekaram Rajcoomar (Séoul 1988), Richard Sunee, Josian Lebon et Stive Naraina (Atlanta 1996), Michael Macaque, Giovanni Frontin et Riaz Durgahed (Sydney 2000), Michael Médor (Athènes 2004), Bruno Julie et Richarno Colin (Beijing 2008) ont tous participé à cette grande messe du sport mondial. La belle série ne fait donc que continuer……