Oliver Lavigilante n’a pas fait long feu dans la compétition pour son baptême du feu aux Jeux Olympiques. Engagé en 16es de finale de la catégorie -52 kg hier soir au gymnase ExCel à Londres, le jeune boxeur mauricien s’est incliné aux points (14-18) face au Ghanéen Duke Akueteh Micah. Ce dernier a d’ailleurs remporté les trois rounds (6-4, 7-6 et 5-4) pour obtenir son visa pour les 8es de finale où il affrontera l’Irlandais Michael Coleman vendredi.
En quittant le tunnel menant vers le ring, Oliver Lavigilante paraissait concentré et tendu. Même si l’adversaire n’était pas un inconnu, l’ayant côtoyé lors du récent stage au Pays de Galles, il n’en demeure pas moins qu’il était conscient du défi à être relevé. Le Mauricien tentera de faire pression d’entrée, mais s’exposait aux contres de son adversaire. Des contres puissants, bien que n’atteignant pas toujours leur cible, étaient comptabilisés. Ce qui a sans doute fait la différence au décompte final.
« À mon avis, les coups d’Oliver étaient plus précis, alors que son adversaire a misé sur des contres puissants. D’ailleurs, les consignes étaient qu’Oliver prenne un certain avantage d’entrée en se portant sur l’attaque. Toutefois, c’est le Ghanéen qui s’est retrouvé en tête à l’issue du premier round », analysait l’entraîneur national, Judex Bazile.
Au cours de la deuxième reprise, Micah accentuait la pression au niveau des contres et confortait ainsi son avance. De ce fait, Lavigilante abordait la dernière reprise avec trois points de retard. Il jetait alors toutes ses forces dans la bataille et réussissait trois coups précis qui déstabilisaient son adversaire.
Dans le coin mauricien, on se permettait de croire en un renversement, mais le verdict était en faveur du Ghanéen. Il existe tout de même des regrets. « Oliver aurait pu passer ce tour. Malheureusement, il a dû boxer contre nature  du fait qu’il a été contraint d’attaquer alors qu’il est beaucoup plus attentiste et contreur », soulignait l’entraîneur national. Oliver Lavigilante qui prend la porte de sortie, mais l’avenir appartient tout de même à ce jeune boxeur qui fêtera ses 21 ans le 12 août.
« Il possède encore une belle marge de progression. C’est certes dur de quitter aussi vite la compétition après tant de sacrifices, mais il a su acquérir davantage d’expérience. Surtout avec les stages et cet environnement du haut niveau. De belles perspectives s’offrent à lui à travers d’autres compétitions d’envergure », soutient Judex Bazile. Ce dernier reconnaît d’ailleurs les mérites d’un boxeur qui n’évolue dans cette catégorie que depuis janvier dernier.
Quant à Duke Micah, il poursuit sa route tout comme d’autres boxeurs africains, à savoir l’Algérien Samir Brahimi et l’Égyptien Hesham Abdelaal. Ces derniers ont disposé respectivement de l’Australien Woods et du Kenyan Benson Njangiru hier soir.