À moins d’un revirement spectaculaire de la situation, Oliver Lavigilante devrait se retrouver sur la plus haute marche du podium lors de l’Africa Open de boxe qui s’achève ce soir à Gaborone au Botswana. Le représentant mauricien dans la catégorie -52 kg a réussi un parcours sans faute jusqu’ici et bouclera son programme face au Botswanais Marshal Mokgwela. De son côté, Richarno Colin disputera la finale de la catégorie -64 kg face à l’Algérien Rami Ouchadi, alors que Didier Cornet, Yannish Humpersad et Merven Clair ont tous décroché la médaille de bronze.
Hier soir au Ditshupo Hall, Oliver Lavigilante a su relever le défi face à l’Algérien Fahem Hamachi, médaillé d’argent lors de la dernière édition de cette compétition. Face à un adversaire qui avait également réalisé le parcours parfait, le qualifié olympique a d’emblée pris ses distances (2-0). Le deuxième round sera plus équilibré (2-2) et Lavigilante confortait son avance par la suite (5-4).
Grâce à ce succès acquis sur le score de 9-6, il se retrouve en position de force dans cette compétition qui se déroule sur un système de poule chez les -52 kg. D’autant que son adversaire du jour s’est déjà incliné face à l’Algérien (12-13) mardi.
L’entraîneur national, Judex Bazile, se réjouit des progrès réalisés par Oliver Lavigilante. « Malgré une douleur à l’épaule au début de la compétition, il a fait montre de ses qualités, notamment au niveau tactique. Face à l’Algérien, il a su gérer la situation, tout en évoluant en contres. De plus, il a gardé sa concentration tout au long des trois rounds. »
L’autre source de satisfaction demeure la qualification en finale de Richarno Colin. Le duel qui l’opposait au Mozambicain Augusto Mathile a été à sens unique. Comme en témoignent les scores des trois rounds : 4-1, 10-1 et 7-2. D’ailleurs, Mathile, touché au foie, devait mettre un genou à terre au deuxième round. L’aîné des frères Colin visera l’or ce soir face à l’Algérien Rami Ouchadi, vainqueur du Botswanais Oraine Segoko lors de l’autre demi-finale.
Dans le camp mauricien, on se veut confiant. « Richarno est passé à la vitesse supérieure et met actuellement en oeuvre les combinaisons travaillées à l’entraînement. L’accent est ainsi placé sur la sécurité en défense. Face à Ouchadi, il sera favori, mais nous demeurons prudents », fait ressortir Judex Bazile.
Jeune garde prometteuse
Quant à la jeune garde, elle a quitté la compétition avec les honneurs. Didier Cornet, Yannish Humpersad et Merven Clair ont certes chuté à ce stade de la compétition, mais ont tenu la gageure face à leurs adversaires respectifs. Selon Judex Bazile, il leur a manqué un soupçon d’expérience et de métier pour renverser la situation en leur faveur. Reste que ces médailles de bronze acquises dans une compétition continentale ne pourront que les motiver dans la suite de leur carrière. « Il ne faudra pas qu’ils aient la grosse tête, mais au contraire, qu’ils gardent les pieds bien sur terre », tient toutefois à préciser l’entraîneur national.
Cornet et Clair étaient aux commandes au début de leurs combats. C’est ainsi que le premier nommé avait sérieusement bousculé le Sud-Africain Pilane Lebobang lors de la première reprise. Ce dernier avait été touché, mais Cornet n’avait pu réussir un enchaînement qui lui aurait permis de creuser davantage l’écart.
Reste qu’avec un point de retard (4-5), Lebobang retrouvait ses automatismes. D’autant que son jeune adversaire manquait la concentration voulue pour gérer la situation. C’est ainsi que le Sud-Africain faisait montre de plus de maîtrise pour remporter les deux autres rounds (10-7 et 4-3). « L’expérience a fait défaut à Didier. Ce combat était à sa portée », regrette Judex Bazile.
De son côté, Merven Clair a longtemps soutenu la comparaison face à l’Algérien Brahim Oukil. Concédant le premier round de justesse (2-3), il réalisait un score de parité lors du deuxième (2-2) avant de s’incliner lors de la dernière reprise (3-5). L’entraîneur national avoue sa satisfaction face à la prestation d’un boxeur qui a dû consentir à des sacrifices pour être à la hauteur des attentes placées en lui.
« Il a dû observer un régime sévère pour faire respecter son poids. De plus, après son dernier combat de poule, Merven a eu à s’entraîner pendant une heure. Cela explique le fait qu’il était à bout de souffle lors de la dernière reprise. Quoi qu’il en soit, il a réalisé un tournoi honorable. »
Quant à Yannish Humpersad, il a également baissé de pied au cours de la dernière reprise. Une reprise concédée sur le score de 3-7, après s’être incliné 6-7 et 5-6 lors des deux premiers rounds du combat qui l’opposait au Botswanais Seoko Terapholo. « Face à un adversaire qui évoluait devant son public, Yannish a pu tenir le coup. Même s’il a baissé le rythme sur la fin, il n’empêche qu’il peut être considéré comme un digne successeur de Bruno Julie. À condition de continuer à faire montre du même sérieux. »
Il est à noter que les finales débuteront à 22h30 (heure de Maurice), en raison de la retransmission en direct des combats par la télévision botswanaise.